Publié le
Jeudi 2 mars 2017

Vincent va moissonner sur une exploitation de 1900 ha au Canada

“Quand ils reviennent de leur stage, les copains sont tous euphoriques” décrit Vincent Jouan. Il espère que ce sera la même chose pour lui.
“Quand ils reviennent de leur stage, les copains sont tous euphoriques” décrit Vincent Jouan. Il espère que ce sera la même chose pour lui.

Dans le cadre de son BTS Acse, Vincent Jouan part six mois en stage au Canada. Il recherche des sponsors pour financer son billet d’avion.

Vincent Jouan sait où il veut aller dans la vie. Passionné de génétique bovine, il compte reprendre l’entreprise de son père : le centre d’insémination artificielle La Crespelle (à La Chapelle-Janson - Ille-et-Vilaine). Il en parle comme s’il en faisait déjà partie : “Nous avons mille clients, dix salariés, trente-cinq taureaux en production, et 250 au catalogue. On propose toutes les principales races, on a même des wagyu (bœufs de Kobé). C’est le dernier centre privé en France.”

Mais avant cela, Vincent Jouan sait où il va aller dans un mois : à Oak Lake, dans l’Etat du Manitoba au Canada. Car le jeune Mayennais est encore étudiant. A 18 ans, il suit un BTS Acse au CFTA de Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine). Dans le cadre de sa formation, il va partir six mois en stage. “Je sais que je vais manger de la génétique toute ma vie, alors là, je veux découvrir autre chose.” Il va être servi : en avril, l’Ernéen atterrira dans une exploitation familiale canadienne. Un couple, trois enfants… mais seulement 1 UTH pour 1900 hectares ! Quelque 1 500 ha sont consacrés aux cultures, qui assurent le principal revenu. Et 400 ha de pâturages accueillent 200 vaches allaitantes.

Rémi Hagel

La vidéo de présentation des étudiants de 2016 est ici.
Rémi Hagel

Voir plus

Le journal
7 août 2020 - N° 32
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche