Publié le
Vendredi 3 octobre 2014

Une pailleuse qui fonctionne sans la présence de l'homme

Fixés sur les gouttières au niveau des ouvertures, les répartiteurs permettent de pailler deux rangées de logettes.
Fixés sur les gouttières au niveau des ouvertures, les répartiteurs permettent de pailler deux rangées de logettes.

"L'éleveur a juste à amener sa balle de paille, ronde ou carrée, dans le démêleur et à enlever les ficelles, le reste se fait tout seul”, argumente Hervé Tanguy, gérant de la société Tardif Vassal. L'entreprise rennaise distribue les pailleuses automatiques Strohmatic de la société Schauer Agrotronik sur la Bretagne, la Normandie et les Pays-de-la-Loire et a obtenu une étoile aux Innov'Space. “C'est un équipement fabriqué en Autriche qui est vendu depuis dix ans en Autriche et Allemagne.="text-align:>

Paille broyée, dépoussiérée et distribuée automatiquement


A l'intérieur du démêleur, on trouve un piège à cailloux et trois grosses vis (deux latérales et une au fond) qui poussent la paille vers le broyeur. Celui-ci, composé de 24 couteaux va réduire la paille en brins de 1,5 à 6 cm en fonction du choix de l'éleveur. L'intensité électrique du broyeur est contrôlée en permanence et une sécurité arrête le système en cas de surcharge. La ventilation créée par le broyeur propulse la paille vers l'unité de transfert. C'est à l'intérieur de cette sorte de centrifugeuse que la paille sera dépoussiérée au travers de filtres de 1,5 micron. Elle sera ensuite acheminée dans le bâtiment via une chaîne à pastilles qui tourne en circuit fermé dans des gouttières en PVC. Ce circuit de tubes qui peut aller jusqu'à 220 mètres, est fixé sur la charpente à 2,70 / 3 mètres de hauteur au-dessus de l'aire à pailler. “On peut aussi installer un répartiteur pour pailler deux rangées de logettes.” Des ouvertures percées dans les tubes laissent tomber la paille par gravité “comme de la neige”. La dimension des ouvertures est régulée par un manchon que l'on ouvre plus ou moins, “les premiers sont quasiment fermés et au fur et à mesure qu'on avance sur la chaîne, ils sont de plus en plus ouverts”.

Gain de temps et de paille


En prévision du départ de deux associés, le Gaec Gréélemais en Ille-et-Vilaine est le premier élevage en France à avoir installé ce système. Les éleveurs de laitières estiment gagner trois quarts d’heure de travail par jour et économiser 40 % de paille sur leurs 90 logettes. Question budget, “il faut compter 50 000 euros HT pour le matériel et le montage”. Les seules pièces d'usure sont les couteaux du broyeur à changer tous les deux à trois ans. Ce système, qui fonctionne avec tout type de paille, est adapté pour les vaches en logettes ou en aire paillée, pour les taurillons, les porcs et prochainement les volailles.

Sabine Huet



="text-align:>

Sabine Huet
Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche