Publié le
Vendredi 8 août 2014

Une dernière deuxième vente décevante en Rouge de l'Ouest

1242hr.jpg
1242hr.jpg

La dernière vente aux enchères à la station de Rouge de l'Ouest n'a pas été probante. Malgré un marché de la viande porteur. En 2015, les acheteurs devront s'organiser : il n'y aura plus qu'une seule date pour les enchères.

Le 31 juillet, la vente à la station de Saint-Hilaire-du-Bois (49) ne s'est pas révélée convaincante. “Ce n'est pas la qualité bouchère des animaux qui est à mettre en cause. On aurait aimé plus de clients ciblés. Mais il y avait du retard dans les moissons…”, commente Arlette Brachet, directrice de l'OS ovins (1). A peine 60% des reproducteurs présentés ont trouvé preneur. Conséquence, les enchères n'ont pas été très actives. Pour une mise à prix à 430 euros, la moyenne a plafonné autour de 500 euros avec un prix maximum à 800 euros. A la vente du mois de mai, les premiers prix ont atteint les 1 000 euros, et 95 % des animaux avaient alors été vendus ; ce qui correspond davantage aux chiffres habituels.

Cette mauvaise séance est d'autant plus dommageable que “les cours sont bons, en ce moment”, souligne Arlette Brachet. “La production va bien, le marché des reproducteurs se tient bien, et les ventes d'agnelles se portent même très bien.” Les sélectionneurs vendeurs n'ont donc pu profiter de ce contexte. Mais “ça ira mieux en 2015”, selon elle.

“Les éleveurs s'adapteront”


A partir de l'an prochain, une seule vente aura lieu à la station. Celle de mai sera supprimée. Tous les agneaux entreront à la station en avril pour être vendus fin juillet. “Les éleveurs préféreraient acheter des béliers nés plus tôt (novembre). Mais dès l'instant que les mises bas seront plus tardives, les éleveurs d'adapteront”, croit Arlette Brachet. Le maintien d'une vente fin juillet est un choix lié au potentiel racial de la Rouge de l'Ouest. “Les luttes auront lieu en septembre, c'est là qu'on obtient les meilleurs résultats. L'objectif est de coller aux réalités de la race, explique la responsable du schéma de sélection. Ce n'est pas une race qu'on peut facilement désaisonnaliser. Ses meilleurs résultats en productivité et prolificité sont en systèmes herbagers.”

De plus, avec une seule vente annuelle, “on aura un plus grand panel d'animaux testés en même temps : 150 contre 70 actuellement, deux fois par an. Les résultats seront donc plus fiables”. La station est dimensionnée pour qu'aucun investissement ne soit nécessaire en vue d'accueillir plus de futurs reproducteurs à la fois.

Voir plus

Le journal
3 juillet 2020 - N° 27
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche