Publié le
Vendredi 6 septembre 2013

Pour les employeurs agricoles, la réforme des retraites coince

La réforme ne se traduit pour “les producteurs de fruits, fortement employeurs de main-d’œuvre, que par des augmentations de charges”. Mettant en cause l’augmentation de la cotisation d’assurance vieillesse et la nouvelle cotisation pour la création d’un compte de pénibilité, “la FNPF émet de fortes réserves quant à l’adéquation de ces annonces avec le choc de compétitivité souhaité par François Hollande et dont a besoin l’arboriculture fruitière
 française”.

Cette hausse des charges sociales provoque une “déception” également pour la FNSEA. “C’est un mauvais signe envoyé aux exploitations agricoles qui se battent pour retrouver de la compétitivité face à des distorsions sociales au sein même de l’Union européenne.”


Le syndicat critique également les conditions de financement des mesures visant à revaloriser les plus faibles retraites agricoles : “inacceptables”. “Alors que François Hollande avait pris l’engagement d’un financement par la solidarité nationale, le gouvernement fait le choix de faire supporter l’intégralité des mesures aux actifs agricoles d’aujourd’hui.”

La pénibilité pas acceptée

La Coordination rurale estime “totalement discriminatoire et inacceptable le projet d’un compte pénibilité au bénéfice des seuls salariés et à la charge des employeurs dès lors que les agriculteurs réalisent les mêmes travaux dits pénibles et que leur propre situation serait ignorée”.

Rémi Hagel


Rémi Hagel

Voir plus

Le journal
10 juillet 2020 - N° 28
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche