Publié le
Vendredi 21 novembre 2014

Pour le libre exercice du métier

Nous n’avions jamais exposé nos difficultés d’accès à certaines informations. Il nous a semblé nécessaire de le faire cette fois-ci. Ce qu’a vécu notre journaliste ne pouvait être passé sous silence. Elle ne peut pas continuer à exercer sa fonction la peur au ventre.

Une session de chambre d’Agriculture n’est pas publique en principe. Mais lorsque le président invite la presse, il doit accepter toute la presse, qu’il ait informé ou non certains médias.

Dans ce cas, la presse sarthoise était invitée, quotidiens , agences de presse… sauf L’Avenir Agricole. La préféte avait annoncé son intention d’assister à la réunion, l’avait inscrite à son agenda public, avant de se faire remplacer par le DDT, Marc Rauhoff. Notre journaliste a été expulsée en sa présence.

C’est un acte délibéré de censure du droit à l’information. L’Avenir Agricole est un média ouvert à toutes les sensibilités, qui rend compte de toute l’actualité sans trier les opinions. En aucun cas nous n’avons l’intention de rentrer en guerre avec quiconque, nous “n’en avons” contre personne.

Dans de nombreux autres départements la presse agricole appartient au syndicalisme majoritaire ou aux OPA et ne rencontre donc pas nos soucis. Notre indépendance peut nous coûter dans des moments comme celui-ci, car le seul recours contre elle est de nous interdire.

Nous demandons simplement à exercer notre métier comme tout autre média sarthois.

Michel Guillet

Directeur délégué, rédacteur en chef

Michel Guillet

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche