Publié le
Jeudi 15 octobre 2020

Les OP laitières se tournent vers la Pac

Pour capter les aides européennes au financement de leur organisation, "il faut définir des missions d'intérêt général",...
Pour capter les aides européennes au financement de leur organisation, "il faut définir des missions d'intérêt général", insiste auprès des OP l'agricéconomiste Frédéric Courleux. "Définir des missions d’intérêt général."
Article réservé aux abonnés

Les organisations de producteurs ont le sentiment d’être laissées sur la touche. France OP Lait a organisé des assises, mardi 13 octobre, pour échanger sur les opportunités offertes par la réforme de la Pac.

Dans la filière laitière, le prix payé au producteur demeure une question emblématique. Pourtant en 1994, quand les premiers producteurs se regroupent pour créer Biolait, "le prix n’était pas un sujet". Jacques Chiron, l’un des fondateurs de ce qui est devenu le premier collecteur de lait bio en France (1 200 fermes), raconte : l’ambition portait d’abord sur "la gestion des volumes" et "l’adéquation avec la demande". L’ancien producteur l’affirme : pour adhérer à une OP, un producteur doit être convaincu par "le...

Article paru dans "L'Avenir Agricole" du 16 octobre 2020 - N° 42
(Version numérique 1,90 €)
(Profitez de tous les avantages abonnés)
Déjà abonné ?Se connecter

Voir plus

Le journal
30 octobre 2020 - N° 44
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche