Publié le
Mercredi 22 juillet 2020

Le point récolte en Pays de la Loire : le Sud a fini, le Nord continue

Les tonnages de paille récoltés et disponibles sont aussi en net recul.
Les tonnages de paille récoltés et disponibles sont aussi en net recul.

Stéphan Beau, responsable récoltes de Terrena, est déconfit : "C’est une très mauvaise année pour le blé, en premier pour les agriculteurs. Nos adhérents vont nous livrer moins de 50 % de ce qu’ils apportent habituellement, cela va peser sur leurs trésoreries. De notre côté, on va manquer de matière pour nos usines d’aliment."

Même son de cloche chez Agrial, Mickaël Leduc, responsable de région nord Sarthe, qui remarque des rendements hétérogènes et faibles, sauf en nord Mayenne : "Nous allons collecter 25 % de moins qu’une année normale. Il faut maintenant espérer pour les éleveurs que les maïs s’en tirent bien. Les surfaces en maïs sont plus importantes et qu’il n’y a pas beaucoup de paille pour compenser."

Pour Terrena, les baisses de rendement dans la région vont de 20 à 30 q/ha dans la plupart des cas : "La moyenne de rendement va s’établir à 60 quintaux avec une forte variabilité, 20 % font moins de 50 quintaux, et 20 % plus de 70. Les difficultés de semis expliquent ce niveau de rendement. Seul le nord Mayenne, qui avait l’an passé rencontré des difficultés à la fécondation des blés, devrait faire mieux qu’en 2019."

Chez Agrial qui collecte plus sur Mayenne et Sarthe, la baisse de rendement blé atteint 40 à 50 % après une année 2019 d’un bon niveau avec 78 q de blé/ha : " En Sarthe on va se situer entre 50 et 55 q. En Mayenne cela devrait rester dans les moyennes décennales. Les rendements varient de 35 à 90 q/ha. Les conditions d’implantation à l’automne, deux mois et demi de manque d’eau au printemps complétés par de fortes attaques de pucerons et une gestion des adventices compliquée ont pénalisé les potentiels. "

Coté qualité, les taux de protéines sont bons chez les deux opérateurs : " Plus de 12 % de protéines en moyenne et des PS à 78. Des craintes ont surgi sur l’indice de Hagberg (1) en début de campagne blé, mais la situation s’est rétablie " précise Stéphan Beau.

(1) Cet indice permet de mesurer de façon indirecte l’activité des enzymes du grain, responsables de la dégradation de l’amidon. Un indice faible traduit une activité enzymatique importante.

Daniel Denos
Le journal
7 août 2020 - N° 32
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche