Publié le
Jeudi 9 juillet 2020

La suppression du glyphosate pénaliserait économiquement les pratiques sans labour

Passer du semis direct au labour fréquent occasionne un surcoût de 80 €/ha.
Passer du semis direct au labour fréquent occasionne un surcoût de 80 €/ha.
Article réservé aux abonnés

Les exploitations qui ne labourent pas ont davantage recours au glyphosate. L’impact de la suppression de la molécule en termes de coût économique est majeur pour les exploitations en techniques culturales simplifiées, montre une étude de l’Inra présentée le 3 juillet.

La suppression du glyphosate aurait un impact économique très significatif pour les grandes cultures en pratique sans labour. C’est ce que montre l’étude de l’Inrae commandée par le Gouvernement. L’évaluation a été faite dans un cadre qui ne considère pas les solutions alternatives telles que l’agroécologie ou l’agriculture bio, mais la réalité des 90 % de la SAU conventionnelle qui utilise toujours des produits chimiques. Il s’agissait de comparer les utilisateurs de l’herbicide et ceux qui s’en dispensent,...

Déjà abonné ?Se connecter

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche