Publié le
Vendredi 2 décembre 2016

La météo défavorable aux ravageurs

Toujours très peu de pucerons sont observés (plusieurs parcelles protégées avec un traitement de semences). Les conditions météorologiques annoncées les prochains jours ne sont pas favorables à la colonisation par les pucerons : l’absence de pluie et de vent est remplacée par des températures trop froides pour les vols. Pour les parcelles déjà colonisées, la multiplication des pucerons reste possible tant que les températures restent au-dessus de 5 °C. Le risque continue d’être faible sauf dans les parcelles non protégées par un traitement de semences, où les pucerons ont été observés, sans intervention jusqu'à maintenant.


Pas de pression altise



En colza, sur les parcelles du réseau, les stades s’étalent de 7 feuilles à 8-9 feuilles. Des pucerons sont présents dans quelques parcelles, mais sans incidence maintenant.


D’après les simulations de Terres Inovia sur les altises d’hiver, les dates d’éclosion des prochains stades ont été avancées pour toutes les stations, sauf celle située en Mayenne. Dans tous les cas, les comptages montrent que le seuil de risque est loin d’être atteint même sur les petits colzas. La pression larvaire au sein du réseau est faible. Les parcelles à surveiller sont les parcelles à risque moyen et fort (voir grille de risque) situées en Loire-Atlantique, Vendée et sud Maine-et-Loire avec des colzas levés au 25 et au 30 septembre. Des comptages larvaires doivent être réalisés avant toute décision d’intervention, soit par dissection (prélever une vingtaine de plantes et disséquer les pétioles pour observer la présence de larves et de galeries), soit avec la méthode Berlèse.



Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche