Publié le
Dimanche 10 mai 2020

La biodiversité,  alliée de l’éleveur

François Pelletier	: “La biodiversité dans les prairies, ça fait un très bon foin. L’hiver c’est ce que mangent les vaches, elles se jettent dessus, la diversité c’est appétant, il y a une bonne valeur alimentaire.”
François Pelletier : “La biodiversité dans les prairies, ça fait un très bon foin. L’hiver c’est ce que mangent les vaches, elles se jettent dessus, la diversité c’est appétant, il y a une bonne valeur alimentaire.”
Article réservé aux abonnés

La vallée de la Loire, zone classée Natura 2000, est composée d’une faune et d’une flore patrimoniale exceptionnelle. Les prairies humides offrent un milieu unique pour les espèces, grâce à l’activité agricole. Eleveur à Saint-Sulpice, à l’est d’Angers, François Pelletier en sait quelque chose.

Les inondations, François Pelletier a toujours vécu avec. A 60 ans, cet éleveur de Charolais à Blaison-Saint-Sulpice (Maine-et-Loire) est habitué aux contraintes. La moitié de ses 85 hectares est inondable. C’est le cas de cette parcelle, à un jet de pierre de la Loire, au lieu-dit Le Pâtis. “Je la fauche début juin, et à l’automne je la fais pâturer.” Quand l’eau tarde à se retirer, au printemps, impossible d’y mettre les Charolaises en pâturage.

Lucille Stanicka, chargée de mission Natura 2000, a inventorié la biodiversité de la prairie : soixante espèces...

Déjà abonné ?Se connecter

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche