Publié le
Vendredi 20 juin 2014

L’activité de la Safer Maine Océan continue sa progression en 2013

L’activité de la Safer Maine Océan a progressé, en particulier dans la maîtrise des propriétés bâties et la transmission d’exploitations agricoles. Pour la septième année consécutive, elle a réalisé un exercice comptable positif.

La Safer, réunie en assemblée générale le 11 juin à Ancenis (Loire-Atlantique), peut mobiliser des outils d’intervention spécifiques et les articuler ensemble pour répondre à des problématiques foncières de plus en plus complexes. Elles combinent le plus souvent transfert en propriété et location, transmission sociétaire et gestion de droits à produire.="text-align:>

“En complément de nos interventions sur 4 539 ha cédés en pleine propriété, nous avons transféré 866 ha sous la forme d’intermédiations locatives, concrétisées par la signature de baux ruraux” a expliqué le directeur, Rémy Silve. “Cela permet de sécuriser la maîtrise du foncier pour les repreneurs des exploitations.”

Sur les quatre départements (1), seule la Sarthe a vu son activité reculer l’an dernier. Elle connaît une baisse du marché global et l’augmentation de la vente sous forme de parts sociétaires. Il y a aussi une différence structurelle du marché entre la Loire-Atlantique, où des acquéreurs non-agriculteurs achètent très cher de petites parcelles, et la Mayenne par exemple.

C’est aussi la pression périurbaine moindre en Mayenne et en Sarthe qui explique une mise en place plus longue dans ces deux départements du portail Vigifoncier. Fruit d’un partenariat avec les collectivités, le déploiement de l’outil a été très rapide en Loire-Atlantique et Maine-et-Loire.

Une action forte en faveur des jeunes agriculteurs


La Safer a réalisé 585 transactions pour un montant de 44,7 millions d’euros. 373 conventions sont en cours avec les collectivités ou établissements publics. 1 119 candidats ont été présentés en comité technique pour 520 attributions. Le nombre de rétrocessions est en hausse (+ 6 %) et porte sur 4 100 ha pour un montant de 44,1 millions d’euros. “La moitié de ces actes se fait en faveur des premières installations, la majorité se situant dans le cadre familial avec DJA”, note Rémy Silve. “La valeur de rétrocession de ces premières installations est proche de 14 millions d’euros.”

Le stock foncier a progressé : 5 378 ha (4 940 ha en 2012) pour un montant de 31,8 millions d’euros. Autre fait marquant : l’augmentation des opérations de transmissions d’exploitations. “Les cédants ont besoin de réaliser des ventes et de leur côté, de nombreux repreneurs ne sont pas prêts tout de suite à réaliser ces acquisitions : d’où le stockage temporaire de ces terres réalisé sur les fonds propres de la Safer.”

Enfin le conseil d’administration de la Safer a acté en mars 2014 le principe d’une aide destinée aux JA, le Safir (Soutien à l’achat de foncier pour l’installation rurale). “Il consiste à rembourser au JA 30 % des frais d’actes notariés qu’il paie pour acheter du foncier à la Safer au moment de son installation” s’est félicité le président de la Safer, Daniel Boittin.

Christian Evon


(1) : Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne et Sarthe.

="text-align:>

Christian Evon

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche