Publié le
Vendredi 3 juillet 2015

Finalement, Eurial et Agrial vont bien fusionner

Il y a eu une phase d'incompréhension”, avoue le directeur Ludovic Spiers, mais “jamais de critique de fond sur le projet”, complète Arnaud Degoulet, le président d'Agrial. Les négociations sont en effet restées un moment à l'arrêt, malgré l'annonce de la fusion dès janvier 2013. Des prises de participations réciproques devaient alors conduire à un rapprochement dès 2014. Puis, la fusion a semblé “compromise”. Des “divergences stratégiques” et “un problème de gouvernance” avaient été évoqués, en particulier de la part d'Olivier Athimon, DG d'Eurial. “Il a fallu du temps pour se comprendre. Le nouveau directeur d'Eurial est arrivé au 1er juillet il y a un an, il a fallu le temps de s'adapter”, raconte Arnaud Degoulet. Il veut surtout mettre en avant que “deux coopératives en bonne santé fusionnent. C'est peut-être aussi pour cela que cela a demandé plus de temps, à l'inverse de Coralis, où il y avait urgence” (en 2013-2014).
En signant leur protocole ce 30 juin, Eurial et Agrial parviennent au final à boucler leurs objectifs dans les clous, puisqu'elles avaient annoncé un rapprochement “au plus tard avant juin 2015”.


Un nouveau poids lourd



Elles constituent ainsi le deuxième acteur coopératif du lait, derrière Sodiaal, avec 2,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 2,7 milliards de litres de lait collectés.


La collecte sera très concentrée, principalement sur une langue du Grand-Ouest au Poitou-Charentes, avec quelques exploitations en région Centre et Rhône-Alpes (Eurial a repris l'union Valcrest, l'an dernier). Au total, 6450 producteurs seront rassemblés. Quatre mille salariés sont également concernés.


“L'ensemble des activités laitières, industrielles et commerciales, seront réunies dès l'automne.” Les deux coopératives fusionneront en 2016, sous réserve de l'aval de l'Autorité de la concurrence. Eurial donnera son nom à la branche laitière d'Agrial, qui comptera au total 22 sites industriels, en France et à l'étranger.



Des positions
de numéro 1



La branche laitière sera répartie en six activités : le fromage de chèvre (avec la marque Soignon, Eurial est leader), l'ultra-frais (avec Senagral, Agrial est leader sur les MDD), les fromages ingrédients (Eurial en est le premier producteur français avec l'usine d'Herbignac), le lait UHT (avec la reprise de la coopérative rennaise Coralis, Agrial écoule 130 millions de litres en bricks), les ingrédients secs, les beurre et crème (Eurial est leader en beurre de spécialité).


“Dans une conjoncture laitière complexe et difficile à l'heure de l'après-quotas, le nouvel ensemble confortera son positionnement sur ses marchés, signent conjointement les deux nouveaux partenaires dans un communiqué. Il se donne les moyens de répondre à sa stratégie de croissance à l'international.”



Voir plus

Le journal
25 septembre 2020 - N° 39
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche