Publié le
Lundi 29 juin 2020

Face à la pénurie de paille, le colza est une possibilité

En plus du défibreur, Sam'Paille s'est équipé d'un godet pailleur et d'une petite chargeuse pour proposer de la prestation clés en main. Il transporte son matériel avec ce camion.
En plus du défibreur, Sam'Paille s'est équipé d'un godet pailleur et d'une petite chargeuse pour proposer de la prestation clés en main. Il transporte son matériel avec ce camion.

A l'heure des moissons, la paillette de colza est une alternative aux autres litières. "Les éleveurs peuvent récolter leur paille de colza pour en faire une belle litière" avance Samuel Ragot, à la tête de Sam'Paille, à Saint-Aubin-du-Désert (Mayenne). Certains "clients ont économisé l'achat de deux camions de paille pour leur vaches et six poulaillers." Cela revient à 110 euros (une heure de broyage) pour un bâtiment volailles label, tandis que "certains dépensent 800 euros pour de la sciure humide".

Capacité d'absorption

Si c'est le moment de penser à presser le colza, il y a une précaution à prendre, indique l'entrepreneur : faire appel au défibreur. "J'ai deux éleveurs qui ont essayé de presser le colza avec un big-broyeur à la récolte, ils ont été obligés de tout me refaire passer dans mon défibreur car ils avaient plein de tiges entières apparantées à du branchage." Ce défibreur broie le colza en “paillettes” : des marteaux défibrent cette paille, puis une turbine la coupe. La tige éclatée fait apparaître la mousse intérieure, dont la capacité d'absorption est extraordinaire".

Contact : 06 80 07 57 42.

Le journal
10 juillet 2020 - N° 28
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche