Publié le
Jeudi 7 mai 2020

“C’est la couleur de la vache qui fait l’effet prix”

Dans chaque système, la capacité à réellement activer le prix payé dépend surtout de races.
Dans chaque système, la capacité à réellement activer le prix payé dépend surtout de races.
Article réservé aux abonnés

Une étude des réseaux d’élevage révèle que les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part importante de céréales autoconsommées et une productivité optimisée des UGB. Explications avec Vincent Lambrecht, chargé de mission viande à la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique.

Les chambres d’agriculture des Pays de la Loire et des Deux-Sèvres, associées à Seenovia et Bovins croissance Sèvre-Vendée, ont étudié 1 032 coûts de production sur les années comptables 2015, 2016 et 2017. Dans l’outil Couprod, l’ensemble des charges (opérationnelles et de structure) et les produits sont ramenés à la production brute de viande vive (en €/100 kg vif). La rémunération de la main-d’œuvre est exprimée en Smic/UMO avant MSA avec un objectif de deux Smic par UMO.

“Il y a quatre ans, la même étude ne portait que sur 300 coûts de production. Cette fois, l’échantillon beaucoup plus large nous a permis de séparer les races et les systèmes et d’affiner l’analyse”, précise Vincent Lambrecht, chargé...

Article paru dans "L'Avenir Agricole" du 15 mai 2020 - N° 20
(Version numérique 1,90 €)
(Profitez de tous les avantages abonnés)
Déjà abonné ?Se connecter

Voir plus

Le journal
23 octobre 2020 - N° 43
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche