Publié le
Vendredi 9 août 2013

Attention aux coups de chaleur en élevage

"J'ai vu récemment un cheptel laitier qui était en stress thermique : toutes les vaches étaient restées en stabulation et tous les points d'eau étaient entourés d'animaux qui recherchaient la fraîcheur. Il y avait peu de vaches couchées. Elles ruminaient peu et présentaient une hyper-salivation” témoigne Louis Musnier, vétérinaire conseil et consultant nutrition animale pour le groupe Solvay. “Avec 4 kg de MS ingérée en moins, l'éleveur a vite constaté une perte de production laitière”.

Par sudation, le bovin peut perdre jusqu'à 145 g d’eau /m2 de surface corporelle à l'heure. Lorsque la température ambiante critique est atteinte (plus de 25°C), l'élimination de la chaleur s'effectue par les voies respiratoires et la sudation. Les animaux vont alors sur-ventiler pour réguler leur température corporelle et ce stress à la chaleur induit un pH sanguin plus alcalin.

Pour maintenir son pH sanguin en zone physiologique normale de 7,4 , la vache va au départ “consommer” son bicarbonate. Mais en l'absence de reconstitution de son stock, l'alcalose respiratoire s'accentuera et le choc thermique lui sera fatal. D’autre part, la baisse de la rumination et la réduction du bicarbonate dans la salive provoquent les conditions d’une acidose du rumen, qui sera urgent de corriger avec du bicarbonate de sodium.

Un produit facile d'utilisation

Le bicarbonate de sodium Bicar Z assure l'efficacité du rumen et permet d'optimiser la production laitière : c'est d'autant plus important qu'en période estivale, le prix du lait est élevé. “Le mieux est de le distribuer dans la ration à raison de 220 grammes/jour en hiver en situation normale, et 260 g/j minimum en été, avec toujours un complément en libre-service. C'est un produit basique et peu cher (environ 350 €/tonne), que vendent tous les techniciens en élevage” poursuit Louis Musnier.

Voir plus

Le journal
17 juillet 2020 - N° 29
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche