Publié le
Vendredi 21 mars 2014

[Vidéo] Des pulvés qui grimpent et sans dérive


="text-align:>

Mercredi 19 mars, à Andouillé (Mayenne), le concessionnaire Stéphane Mulot organisait une démonstration de deux pulvérisateurs Bargam. L'équipe du constructeur italien était venue en nombre (quatre personnes), et avec quelques victuailles du pays (parmesan, saucisson, vin de Toscane...), pour agrémenter l'événement.="text-align:>

Terrains mous


Mais le spectacle se déroulait surtout dans la parcelle. Tout d'abord avec l'automoteur Grimpeur 3500. Celui-ci possède la particularité d'être monté sur essieux mécaniques, et non hydrauliques. Il possède par ailleurs un centre de gravité très bas, une cabine avancée, et le moteur est à l'arrière. Tout cela lui donne une plus grande puissance, permettant de pulvériser sur des terrains en pente, jusqu'à 40%. Cela lui confère également une très bonne portance sur des terrains mous, comme c'est le cas ici en cette sortie d'hiver. “On en vend beaucoup en Irlande et en Grande-Bretagne où les conditions climatiques sont mauvaises” témoigne Tiziano Zama, le responsable commercial. Le système mécanique fait économiser 6 litres de carburant à l'heure, par rapport à l'hydrostatique, assure l'Italien. Bargam s'y connaît puisqu'il fabrique les deux types de systèmes. La limite des systèmes mécaniques est leur hauteur de garde au sol, limitée à 90 cm, ce qui empêche de passer dans des cultures hautes comme du maïs.

Même si les gens pulvérisent en général à des vitesses réduites, cet automoteur de 175 ch peut rouler en parcelle à 25 km/h, sans que la rampe de 24 mètres ne flanche. “Nous avons développé un système de suspension pneumatique à parallélogramme et non à ressort” explique Tiziano Zama. “On fabrique des rampes depuis 40 ans” argumente-t-il. Bagram est équipementier pour d'autres marques (cela a été le cas pour Kuhn, jusqu'à la fin des années 2000). Il exporte dans 45 pays.

De l'air pour l'anti-dérive


Un autre pulvérisateur était présenté : le 3700 Fox, un engin traîné à air assisté. Une turbine projette un souffle dans une manche à air étendue le long de la rampe. L'air est projeté vers le sol derrière le rideau de gouttelettes. Grâce à ce procédé, “même s'il y a du vent à 20 km/h, il n'y a pas de dérive” Jean-Pierre Bertaud, commercial pour la zone nord de la France. On crée une turbulence qui incline la plante, et on peut ainsi traiter la traiter en entier, des pieds à la feuille, en-dessus et en-dessous. Ce matériel intéressera surtout le producteurs de plantes à feuilles, comme le tabac. Le constructeur avance que grâce à ce système anti-dérive, la pulvérisation est plus efficace et on économise 30% d'eau et de produit.

Rémi Hagel

="text-align:>
Rémi Hagel

Voir plus

Le journal
4 décembre 2020 - N° 49
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche