Publié le
Vendredi 14 février 2014

Une protection des marges pour les éleveurs laitiers

La politique laitière des Etats-Unis mise sur un système assurantiel pour assurer le revenu des producteurs laitiers. S’il permet une gestion des volumes, un projet initial de régulation de la production a été abandonné.
“Malgré ses limites, nous croyons que ce nouveau programme aidera à répondre à la volatilité du prix du lait et de l’alimentation animale et à fournir des signaux qui font converger l’offre et la demande”, a réagi Jim Mulhern, président de la National Milk Producers Federation (NMPF, fédération nationale des producteurs de lait).


Assurances marges



La principale nouveauté du Farm Bill est le programme de protection des marges des producteurs laitiers, un filet de sécurité activé lorsque lesmarges des producteurs passent sous un certain seuil. Il doit permettre aux éleveurs de faire face aux crises, comme les baisses des cours du lait ou les hausses des cours de l’alimentation animale.


Ce dispositif ne garantit par le revenu des producteurs, mais une marge moyenne calculée chaque mois par le département de l’Agriculture des Etats-Unis (USDA) à partir du prix du lait et du coût de l’alimentation animale.


Les éleveurs peuvent souscrire à ce dispositif d’assurance subventionné par le gouvernement moyennant 100 dollars par an. Dès que leur marge passe au-dessous de 4 dollars les 50 kilos de lait, ils touchent des primes d’assurance. Ils peuvent également choisir un niveau de couverture plus fort, moyennant des cotisations plus élevées (par exemple être assuré dès que leur marge passe en dessous de 8 dollars).



Régulation a minima



Ce système d’assurance permet un dispositif de maîtrise des volumes a minima : la première année, seuls les volumes équivalent à une référence historique de production sur chaque exploitation pourront être assurés. Ensuite, pour ne pas inciter les éleveurs à produire pour bénéficier des primes même en cas de crise, les volumes supérieurs à l’augmentation moyenne nationale (qui est d’environ 1,5% par an, définie par l’USDA) ne pourront pas bénéficier du système d’assurance. Ce dispositif doit entrer en vigueur avant le 1er septembre 2014.


“Le mécanisme n’est pas ce que nous aurions préféré, mais ce sera mieux qu’un programme d’assurances seul, qui n’aurait pas pu dissuader d’augmenter la production lors de surproductions”, estime Jim Mulhern.


Un dispositif de régulation de la production plus ambitieux, envisagé jusqu’alors, dans lequel les éleveurs s’engageaient à réduire leur production lorsque les prix tombaient au-dessous d’une limite fixée, a été abandonné par le Sénat. « Il y a eu des considérations idéologiques – pour les Américains, c’est du marxisme – mais les industriels de la transformation laitière étaient contre, de même que les gros producteurs, notamment dans des régions où la production se développe fortement autour de nouvelles usines, comme l’Idaho”, explique Ralf Ichter, consultant des organisations agricoles française aux Etats-Unis.



Système d’intervention



Un système d’intervention est également mis en place, le “programme de dons de lait”. Si les marges des éleveurs sont très faibles pendant deux mois consécutifs, l’USDA achètera du lait pour faire remonter les cours. Le lait acheté sera donné à des associations caritatives pour fournir une assistance nutritionnelle aux personnes à faibles revenus. Il laisse dubitatif les observateurs, qui demandent à voir son intérêt à l’usage.



Farm bill


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche