Publié le
Mardi 22 septembre 2020

“Une innovation intéressante doit répondre à des attentes de la société ou de la profession”

René Autellet : “La course au gigantisme n’a pas encore rencontré de freins, mais on observe un développement de la robotisation, et elle se fait sur des petites machines, notamment en maraichage et viticulture.” (photo d’archives)
René Autellet : “La course au gigantisme n’a pas encore rencontré de freins, mais on observe un développement de la robotisation, et elle se fait sur des petites machines, notamment en maraichage et viticulture.” (photo d’archives)
Article réservé aux abonnés

René Autellet, ingénieur conseil en machinisme agricole, est responsable du jury de l’innovation au Sommet de l’élevage et conseiller technologique du Sima.

Y a-t-il eu autant de dossiers de candidatures pour les Sommets d’or cette année ?

On s’attendait à des défections, mais il n’y en a pas eu. On a eu 65 candidatures, c’est parmi les meilleures années et c’est la même qualité de dossiers. Finalement, le confinement ne semble avoir empêché personne de travailler.

Quelles sont les innovations les plus intéressantes ?

On n’a pas de fiche de critères. Les critères peuvent être la rupture technologique, mais aussi un dossier innovant en matière d’attentes de la part de la société ou de la profession. Le produit doit être dans l’esprit du Sommet de l’élevage. Cette année, on a enfin eu notre...

Article paru dans "L'Avenir Agricole" du 18 septembre 2020 - N° 38
(Version numérique 1,90 €)
(Profitez de tous les avantages abonnés)
Déjà abonné ?Se connecter

Voir plus

Le journal
23 octobre 2020 - N° 43
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche