Publié le
Vendredi 20 mars 2020

Un plan d'action partagé pour réguler les populations

Malgré un nombre de prélèvements en forte hausse ces dernières années, les chasseurs n’arrivent pas à endiguer la progression de l’espèce.
Malgré un nombre de prélèvements en forte hausse ces dernières années, les chasseurs n’arrivent pas à endiguer la progression de l’espèce.

Mercredi 11 mars, le préfet, Claude d’Harcourt, a réuni les acteurs du territoire pour identifier des actions mises en œuvre dans les mois à venir pour réguler les populations de sangliers. “Le plan d’action que nous avons élaboré, avec le concours des syndicats agricoles, a été salué par la préfecture”, explique Denis Dabo, directeur de la fédération des chasseurs de Loire-Atlantique. “Nous ne serons efficaces que si tous les partenaires jouent le jeu : collectivités, Direction des routes ou SNCF, ce qui semble maintenant être le cas.”


Chassable dix mois sur douze

“Nous sommes au-delà de l’action de la chasse. On peut même dire que les chasseurs font œuvre de service public pour enrayer la prolifération de l’espèce. On reste à 5 500 prélèvements par an, ce qui fait 50 % d’augmentation en deux ans. L’an dernier, on avait versé 652 000 euros aux agriculteurs en indemnisation de dégâts aux cultures. On est partis sur la même base cette année. C’est un budget qui ponctionne une bonne partie des ressources financières de la fédération. On ne pourra pas continuer à assumer ça très longtemps.”

En 2020-2021, le sanglier sera chassable du 1er juin au 31 mars. “La loi est en train d’être modifiée pour qu’il n’y ait plus d’autorisation individuelle à faire. Dès le mois de juin, on pourra chasser le sanglier en battue. Et la période de chasse est valable jusqu’à fin mars, après validation par le préfet.”


Le plan d’action précise aussi que les chasseurs pourront intervenir dans les réserves de chasse. Le sanglier pourra être aussi chassé au moment des semis agricoles ou pendant les chantiers de récolte. Enfin, la fédération des chasseurs instaurera un plan de gestion pour mieux connaître les territoires non chassés et accentuer les prélèvements dans ces zones.


Christian Evon


Christian Evon

Voir plus

Le journal
22 mai 2020 - N° 21
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche