Publié le
Vendredi 16 décembre 2016

Toutes les données des automates sur un seul support

A partir de là, selon les autorisations accordées par l’éleveur, les données (qui lui appartiennent) pourront être transmises à ses partenaires. Ainsi, le vétérinaire pourra “être plus réactif dans le conseil et faire de la prévention sur l’élevage pour limiter les traitements antibiotiques”. Le groupement pourra conseiller à distance et mieux préparer les visites. Les envois d’animaux à l’abattage seront mieux planifiés. En retour, l’éleveur récupèrera directement les données d’abattage et de rémunération sur son outil. “Il aura tous les éléments nécessaires à l’analyse de ses performances.”
L’objectif final du projet est d’obtenir “plus de porcs produits dans la gamme de poids, avec la qualité souhaitée en fonction des besoins de l’aval”. Les bénéfices attendus sont une traçabilité garantie, une majoration de la plus-value pour les éleveurs, une meilleure transmission des informations entre les différents maillons de la filière, et une meilleure conservation de ces données.


Comment ça marche ?



Dans les bâtiments, les automates produisent en continu des données sur les conditions d’élevage. Celles-ci sont automatiquement remontées vers le cloud, puis normalisées et centralisées. Les connexions et les flux sont bien sûr sécurisés. Domopig restitue les données à l’éleveur sur une interface mobile (smartphone, tablette). Point fort, l’application fonctionne en mode déconnecté. “C’est l’éleveur qui déclenche la synchronisation de mise à jour quand une connexion est disponible.” Les informations échangées avec la base de données sont stockées sur l’appareil mobile, elles sont donc consultables en continu, y compris hors connexion. Le logiciel fonctionne même si l’élevage est équipé de plusieurs générations d’automates issus de constructeurs différents. “Les six équipementiers partenaires ont adopté une norme
de communication commune.”



Tout consulter sur un outil unique



Au démarrage, il faut configurer l’élevage dans l’application, c’est-à-dire créer les bâtiments, les silos, y associer les salles et relier les automates et les vannes, renseigner la date de clôture de la comptabilité, le nom du vétérinaire, etc. “C’est un peu de temps à passer mais on ne le fait qu’une fois. Ensuite l’outil est fonctionnel et intuitif.”


Une fois ce paramétrage effectué, Domopig offre de nombreuses fonctionnalités : les alertes techniques préalablement personnalisées par l’éleveur, celles de dysfonctionnement du matériel, les données d’ambiance par salle (température, ventilation, ammoniac), les données sur les animaux (alimentation, poids, traitements et délai d’attente, mouvements et pertes d’animaux), sur les silos, les données d’abattage. “La visualisation des informations salle par salle permet de prioriser le travail à faire dans la journée.” L’éleveur peut aussi enregistrer ses objectifs techniques et exporter les données vers l’application GTE. Dans un premier temps diffusé en Bretagne, Domopig, qui a reçu deux étoiles aux Innov’space, sera ensuite développé dans les autres régions.


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche