Publié le
Vendredi 22 mai 2020

Témoignages : comment ils préparent la séparation vente - conseil des produits phytosanitaires ?

"On avait très peu de rabais, donc la fin des 3R nous a peu perturbés", rapporte le directeur des Ets Rebours.

Pierre-Luc Rebours, directeur des Ets Rebours, nord Mayenne.

“Le conseil se fera oralement”

Pour la séparation vente/conseil, on garde la vente, c’est clair. Mais cela représente un grand pas en arrière. On avait professionnalisé, avec des fiches de préconisation. Désormais, les fiches, c’est terminé. Le conseil se fera oralement. Ce ne sera plus officiel, écrit. Mais les clients continuent de se tourner vers nous. Les chambres ou autres organisations n’auront jamais les ressources humaines pour assurer le conseil pendant les périodes de pointe. En ce moment, les techniciens, je ne les vois pas, ils font du 7h-22h. Qui connaît mieux l’historique des parcelles ?

Gilles Tourlonias, responsable végétal à la coopérative d'Herbauges (44).

“Nous optons pour la vente et un organisme extérieur pour le conseil”

Sur le fond, il n'y a pas de changement puisque nous allons opter pour la vente. Sur la forme, nous sommes en train d'écrire la feuille de route. Le tout se fera à tarif égal. On confiera le conseil stratégique à un organisme indépendant de notre structure, vers qui on pourra renvoyer le producteur s'il le souhaite. La seconde approche est le volet HVE, qui se fera sur la base du volontariat pour les producteurs. Ils pourront s'affranchir du conseil stratégique à partir du moment où ils seront référencés HVE."

 

Arnaud Degoulet, président de la coopérative Agrial.

“On continuera à vendre des phytos”

On restera dans la vente, on a toujours été clair sur le sujet, on n’est pas “phyto-dépendants”, mais les produits phytosanitaires sont encore utiles. On a une grande plateforme magasin, il est hors de question que l’on se sépare de tout cela. Pour le conseil stratégique, on tissera des partenariats ad hoc, avec les Chambres par exemple.

En ce qui concerne le conseil sécurité et le conseil d’utilisation, on va continuer, cela fait partie de la vente. On va donc assurer le conseil autant que la loi nous permettra de faire. 

Voir plus

Le journal
4 décembre 2020 - N° 49
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche