Publié le
Vendredi 18 janvier 2013

Stéphane Le Foll encourage l'alimentation à la française

Le ministre de l'Agriculture a choisi l'entreprise Christ à Connerré (Sarthe) pour présenter le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi.

 “Il y a la crise mais il y a aussi des entreprises qui ont des projets et qui créent de l'emploi. Et le gou­ver­nement entend les encourager et les soutenir au travers de ce pacte avec no­tamment le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE). (...) Ce dispositif s'adresse aux entreprises agroalimentaires mais aussi aux exploitations agricoles dès lors qu'elles emploient du personnel ainsi qu'aux coopératives agricoles.


Le CICE, mesure phare du dispositif, s'adresse à toute entreprise de moins de 20 salariés. Il est calculé sur la base de la masse salariale de l’entreprise pour les salariés touchant jusqu’à 2,5 fois le Smic, et prévoit une baisse des charges salariales de 4 % dès cette année et de 6 % en 2014. 97 % des 13 500 entreprises de l’agroalimentaire sont des PME. Et les PME sont les premiers employeurs de France.


Autre outil en faveur de l'emploi : le contrat de génération qui prévoit une aide à l'emploi des jeunes (4 000 euros à l'embauche) à condition qu'ils ne prennent pas la place d'un salarié plus âgé. Cette mesure concerne toutes les entreprises de moins de 300 salariés.


Défendre le repas
 à la française


Troisième outil : la création de la Banque publique d’investissement­ (BPI) qui doit faciliter l'investissement et permettre l’innovation. Le Pacte national pour la compétitivité, l’emploi et la croissance, voté le 18 décembre dernier, compte 35 décisions qui visent à redonner du dynamisme dans les territoires. Un site internet a même été créé pour les entreprises afin qu'elles puissent en simuler les effets sur leur propre situation.

Mais une autre raison a poussé le ministre à choisir une entreprise de l'agroalimentaire : celle de défendre le repas à la française, bien malmené en France même s'il a été inscrit au patrimoine de l'Humanité par l'Unesco. Le repas à la française avec le soin apporté à la préparation des menus et au choix des produits est un élément culturel important mais aussi facteur de santé. “Il est très important de prendre le temps de manger, cela évite de grignoter !” rappelait le ministre. Un réseau des “Cités de la gastronomie” sera lancé pendant le Salon de l'Agriculture­. “Il y aura un stand gastronomie qui associera l'élément culturel. Chaque région a ses spécialités et son art de vivre. On mettra en avant la diversité des produits et la nécessité de prendre du temps pour les apprécier. Un écrivain apportera son concours : il s'agit de François Rabelais” a brièvement indiqué Stéphane Le Foll, en donnant rendez-vous au Salon, Porte de Versailles.

Voir plus

Le journal
29 mai 2020 - N° 22
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche