Publié le
Vendredi 16 juin 2017

Sols tassés, rendements compactés !

Sous l’horizon labouré au delà de 25 cm, on parle de tassement profond, difficilement réversible par le travail du sol. (Photo Vincent Tomis, Agro-transfert-RT)
Sous l’horizon labouré au delà de 25 cm, on parle de tassement profond, difficilement réversible par le travail du sol. (Photo Vincent Tomis, Agro-transfert-RT)

Le tassement profond est préjudiciable à la croissance des cultures. Des essais montrent qu’il est possible de préserver l’état du sol en réduisant la charge par essieu, en travaillant en conditions sèches et en choisissant des pneus larges à faible pression de gonflage.

Les chantiers de plus en plus performants mais aussi de plus en plus lourds induisent des contraintes au sol élevées. “Les agriculteurs sont sensibles à l’état de surface et aux ornières mais il faut prendre la bêche et aller voir en profondeur”, insiste Vincent Tomis, chargé de projet sur la fertilité des sols chez Agro-transfert. Les tassements profonds sont dus notamment à des chantiers trop lourds “comme la plantation de pommes de terre en un seul passage”. Le problème, c’est que ces compactions au-delà des 25 cm de l’horizon labouré sont très peu réversibles.

Pourquoi le sol se tasse ?

Le tassement résulte du rapport de force entre la résistance du sol, qui dépend principalement de son humidité, et la pression exercée sous les roues des engins. Celle-ci dépend de la charge de la roue et de la surface de contact. “Le pneu est l’interface permettant une répartition optimale de la pression appliquée au sol. Pour limiter le tassement, soit on diminue la charge, soit on joue sur le type de pneu et la pression de gonflage pour augmenter la surface entre le sol et le pneu.”

Sabine Huet

Sabine Huet

Voir plus

Le journal
27 novembre 2020 - N° 48
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche