Publié le
Vendredi 20 novembre 2020

Sexage in ovo : la filière pondeuses avance dans le flou

L’interdiction du broyage des poussins est fixée à fin 2021, mais les techniques de sexage in ovo sont toujours en débat. (photo archives)
Article réservé aux abonnés

Trois marques françaises (Poule House, Cocorette et Loué depuis septembre) commercialisent aujourd’hui des œufs de poules issues du sexage in ovo. L’interdiction du broyage des poussins est pourtant fixée à fin 2021, mais les investissements sont coûteux et le contexte incertain.

Si un couvoir français veut sexer des œufs de poules pondeuses, et ainsi éviter de faire éclore, trier, puis broyer les poussins mâles, il a aujourd’hui deux techniques : le dosage des hormones sexuelles de Seleggt et l’imagerie hyperspectrale d’AAT, deux entreprises allemandes. C’est cette deuxième solution qu’a choisie en février la marque Loué.

Loué : vers "100 % de la production en ovosexage"

Grâce à cette technique, basée sur la détection des couleurs des premières plumes, la marque sarthoise propose dans les rayons de Carrefour des œufs produits par des poules issues de sexage in ovo (ou ovosexage). Le sexage se déroule au couvoir...

Article paru dans "L'Avenir Agricole" du 20 novembre 2020 - N° 47
(Version numérique 1,90 €)
(Profitez de tous les avantages abonnés)
Déjà abonné ?Se connecter

Voir plus

Le journal
27 novembre 2020 - N° 48
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche