Publié le
Vendredi 4 septembre 2020

Sept clés pour réussir le blé dur

354	000 hectares de blé dur ont été cultivés en 2018, soit 4/% de la surface céréalière et 3/% de la production des céréales en France.
354 000 hectares de blé dur ont été cultivés en 2018, soit 4/% de la surface céréalière et 3/% de la production des céréales en France.
Article réservé aux abonnés

Si l’agriculture vit de nombreux changements, le blé dur reste une valeur sûre. La filière française est confiante sur les perspectives de cette culture. Elle détermine sept points agronomiques essentiels qui conditionnent une belle récolte.

La récolte qui s’achève se démarque, une fois encore, par son scénario climatique. Les conditions d’implantation et de croissance sont passées par des extrêmes. Les céréales, et le blé dur en particulier, ont dû jouer de leur souplesse face à ces aléas de taille (date de semis tardive, hydromorphie, sécheresse, enracinement limité, etc.). Si cette année les résultats sont très hétérogènes dans les régions productrices, le blé dur reste néanmoins un des fondamentaux des assolements.

Côté valorisation, la demande reste soutenue sur des marchés nationaux ou...

Article paru dans "L'Avenir Agricole" du 4 septembre 2020 - N° 36
(Version numérique 1,90 €)
(Profitez de tous les avantages abonnés)
Déjà abonné ?Se connecter
Le journal
25 septembre 2020 - N° 39
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche