Publié le
Vendredi 29 mai 2015

Sanders distributeur exclusif du complément alimentaire américain OmniGen-AF

Quarante pour cent des vaches laitières sont concernées par les mammites cliniques”, avance Jean Marie Delesalle, directeur de l’activité minéraux et spécialités nutritionnelles pour les ruminants chez Sanders. Cela conduit à des conséquences économiques non négligeables pour l'exploitation. Pour pallier ce problème, Sanders a mis au point un “programme” qui comprend un audit de l'exploitation, la mise en place de mesures correctives (exemple : améliorer l'hygiène de traite en portant des gants, modification de la ration, amélioration de l'ambiance dans le bâtiment), l'apport de CristalOr OmniGen-AF à mélanger dans la ration et enfin un suivi des résultats. CristalOr est une gamme de minéraux de Sanders “à valeur élevée en vitamines et oligo-éléments en partie chélatés”. Il sert de support à l'intégration du complément alimentaire OmniGen-AF, produit breveté par l’entreprise nord-américaine Phibro Animal Health et dont Sanders a l'exclusivité commerciale en France. Ce complément à base de “plant protein products” (1) contient des vitamines, des acides aminés et des levures. “Il améliore la réponse des cellules immunitaires à une attaque d'agents pathogènes en favorisant le passage des neutrophiles du sang vers les tissus”, explique David Kirk, directeur technologique en exploitation laitière pour Phibro Animal Health aux USA. Et d'ajouter “il préserve le système immunitaire par rapport aux facteurs de stress”. La firme recommande un apport de 55 g/jour pour les vaches taries, les génisses prêtes à vêler et les vaches en lactation. C'est en effet un programme au long cours car “il faut 45 à 60 jours pour préparer le système immunitaire mais l'effet ne dure que cinq à sept jours”, poursuit David Kirk.


Des milliers de vaches
en test



Des essais menés par Phibro sur 427 troupeaux américains, soit plus de 273 000 vaches qui ont reçu OmniGen-AF, ont montré “une baisse des problèmes de santé, notamment les mammites, une diminution des décès, des séjours en infirmerie et des avortements.” Mêmes résultats, en Italie sur une ferme de 200 laitières qui produit du parmesan : “Moins de mammites et de métrites, moins de réformes, moins de cellules, plus de lait, meilleure teneur en graisses et en protéines”, exposait Mattia Fustini, docteur en médecine vétérinaire à l'université de Bologne qui a supervisé l'étude. En France, Sanders confirme ces résultats avec le suivi de 300 élevages qui ont reçu le programme depuis deux ans.


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche