Publié le
Mardi 17 mai 2011

S'adapter aux conditions sèches

Pour les parcelles semées depuis le 10 avril, l’efficacité des désherbages de prélevée s’annonce délicate. En effet, l’absence prolongée de pluie a desséché les sols, rendus motteux et difficiles à rappuyer. Il faut adapter le désherbage.Si les maïs ne sont pas encore levés, il est inutile d’appliquer un produit de pré-levée en conditions sèches si aucune pluie n’est annoncée. Attendre le retour d’une pluie significative pour intervenir (10 à 15 mm). A partir du stade 2-3 feuilles des maïs, si des conditions plus favorables sont revenues et en l’absence de mauvaises herbes développées, il sera alors possible de réaliser un désherbage de “post-levée précoce” associant un produit racinaire et des produits foliaires (voir exemple). Les produits foliaires permettent une efficacité immédiate sur les premières levées et le produit racinaire pourra prendre le relais au retour de l’humidité pour mieux gérer les nouvelles levées. Si la pluie n’est pas revenue à ce stade précoce, il faudra envisager de basculer sur une stratégie de post-levée classique avec des produits d’action foliaire, capables d’agir sur adventices levées.
En présence de mauvaises herbes déjà développées, il ne faut pas tarder, pour intervenir sur des adventices jeunes. Sur sol sec et si les prévisions météo n’annoncent pas ou trop peu de pluie, on privilégiera les produits foliaires dont l’efficacité sera moins pénalisée par la sécheresse (voir exemple).
Comment maximiser les efficacités en post levée ?
• Intervenir sur des mauvaises herbes jeunes (3-4 feuilles maximum), notamment sur flore difficile (renouées et graminées). Les doses de produits à appliquer seront adaptées à la flore présente et aux stades des adventices les plus “difficiles” à détruire (renouées des oiseaux, les mercuriales et bien sûr les graminées, etc.).
• Soigner les conditions d’application : intervenir par forte hygrométrie qui conditionne largement l’efficacité des sulfonylurées et des tricétones (optimum : > 70%) et par températures douces - entre 10 et 25°C dans les 48 h qui encadrent l’intervention en faisant attention aux fortes amplitudes thermiques.
Vivaces : intervenir sur liserons suffisamment développés
Les liserons commencent à pointer dans les parcelles mais mieux vaut attendre qu’ils soient bien développés (10-15 cm) pour les cibler. Sur vivaces, les applications fractionnées sont supérieures au passage unique. On recommande donc une dose significative, 2/3 dose (ex. Banvel 0,4 l/ha), en premier passage pour avoir un effet éradiquant. Un second passage à 1/3 dose (ex. Banvel 0,2 l/ha) permet, si nécessaire, de contrôler les relevées. Pour les nouvelles spécialités, la dose conseillée en association est identique à chaque
passage : Casper 0,1 kg/ha et Conquerant 0,2 kg/ha.
Pour garantir la sélectivité, attention au respect des stades du maïs (éviter la période sensible 6-8 feuilles) et aux conditions météo entourant l’application pour les mélanges de type tricétone + sulfonylurée + dérivé auxinique : attention aux amplitudes thermiques.

Taupins : signalez-le
Arvalis mène actuellement un travail d’enquête pour mieux caractériser les risques taupins sur maïs. Il s’agit de repérer les espèces en cause, leur nuisibilité et les facteurs explicatifs. Merci de nous signaler toute parcelle attaquée. Nous irons la visiter, prélever des larves et procéder au diagnostic. Merci d’avance pour votre contribution
à ce projet d’intérêt collectif.
Contact : Anne-Monique Bodilis, am.bodilis@arvalisinstitutduvegetal.fr

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche