Publié le
Vendredi 20 décembre 2013

Qui sont ces sauvages alliés de l'agriculteur ?

Le plus connu des décomposeurs est le ver de terre. Il joue un rôle de structurateur, en plus de la mise à disposition d'éléments minéraux (en tapissant ses galeries). En faire son allié implique d'éviter de travailler le sol (ce qui casserait tout leur travail), ou en tout cas pas au-delà de 10 cm de profondeur.
Le champignon mycorhizien participe lui aussi à la structuration des sols. Il récupère les sucres des plantes et leur fournit en contrepartie des éléments minéraux (phosphore, potasse). “Je connais un agriculteur qui ne met plus de phosphore ou de potasse depuis vingt ans et qui n'a pas de carence”, raconte Véronique Sarthou. Si les traitements fongicides et le travail du sol nuisent aux champignons mycorhiziens, les couverts leur sont en revanche très favorables.


Les décomposeurs



Les pollinisateurs



On distingue deux grands groupes : les hyménoptères sauvages (abeilles, bourdons) et les diptères (tachinaires, syrphes). Leur présence, en favorisant la pollinisation, peut permettre d'augmenter les récoltes.



Les prédateurs



Parmi les prédateurs auxiliaires, le plus connu des agriculteurs est sans doute la coccinelle à sept points. Elle pond des œufs à des endroits susceptibles d'héberger des pucerons.


Les syrphes, elles, pondent directement dans la colonie de puceron et adaptent le nombre d'œufs à la taille de la colonie. Les syrphes sont plus efficaces encore que les coccinelles pour maîtriser des colonies de pucerons.


Les larves de chrysopes mangent tout ce qui se trouve sur leur passage : œufs de pucerons, d'acariens, de papillons etc. Un prédateur important donc.


Les carabes, eux, sont connus pour dévorer des œufs de limaces, mais sont polyphages, et peuvent donc aussi manger des graines (et notamment des graines d'adventices).


Les oiseaux, tels que les mésanges, passent leur temps l'hiver à explorer les écorces d'arbres, afin d'y détecter des larves à manger. Mettre des nichoirs dans les vergers peut ainsi être intéressant… à condition de ne pas y mettre de boule de graisse !...


Les mammifères peuvent aussi être précieux : chauve-souris, taupes, hérissons et même renards (qui mangent beaucoup de mulots). Attention, certains mammifères comme le hérisson sont sensibles aux anti-limaces.


Pour s'attaquer aux limaces, justement, certaines limaces prédatrices font l'affaire. C'est le cas de la testacelle, carnivore qui se nourrit de limaces et d'œufs de limaces. Elles vivent dans la terre. On les reconnaît à leur écaille sur la queue, mais elles sont extrêmement difficiles à repérer.



Les parasitoïdes



Contrairement aux parasites qui vivent aux dépens de l'autre sans le tuer, les parasitoïdes tuent. On distingue deux grandes catégories : les micro-hyménoptères qui se développent dans les larves de méligèthes par exemple, et les tachinaires, des mouches qui déposent leurs œufs à la surface afin que la larve pénètre à l'intérieur de son hôte (la chenille par exemple). Les parasitoïdes ne sont toutefois pas tous des insectes. C'est le cas des bactéries, des nématodes ou de champignons entomopathogènes, qui détruisent des insectes.


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche