Publié le
Vendredi 18 septembre 2020

Prix de l’installation en Sarthe  : les finalistes ont tous plus de 30 ans

David Chanclou, le lauréat	: “Le moteur de mon installation, c’est la passion.”
David Chanclou, le lauréat : “Le moteur de mon installation, c’est la passion.”

Je me suis installé en individuel le 1er novembre 2019 en reprenant l’exploitation laitière de mon père à Bonnétable, sur 85 ha et 50 vaches laitières pour 300 000 litres de lait par an avec Lactalis. En tant que jeune agriculteur, j’ai récupéré un peu de volumes. J’ai décidé de passer en bio et j’ai donc démarré la conversion en avril 2020” raconte David Champclou, le lauréat 2020 du Prix de l’Installation de Jeunes Agriculteurs de la Sarthe, remis le 11 septembre au Mans. Il s’est installé à 32 ans, en vaches laitières.

Cinq finalistes ont choisi la viande bovine

David Champclou a été sélectionné parmi les sept finalistes, qui ont cette année tous plus de 30 ans. Sauf sa dauphine, Amandine Vaugarny (24 ans), installée en EARL à Courcebœufs en viande bovine et poules pondeuses bio de Loué. “L’âge moyen des jeunes installés en Sarthe avec des aides s’établissait l’an dernier à 29 ans, mais il progresse d’environ un trimestre chaque année” confirme Brice Dessartre, chargé de ce dossier chez JA. Le nombre d’installations aidées dans le département oscille autour de 72 (74 en 2015, 72 en 2016, 70 en 2017, 81 en 2018 et 76 en 2019).

“Sur les sept finalistes, cinq ont choisi la viande bovine seule ou avec un autre atelier. Un signe important pour le département” estime Brice Dessartre. Arthur Plet (35 ans) est installé en viande bovine à Rouez-en-Champagne, Emmanuel Royer (39 ans) est à Villeneuve-en-Perseigne, Jordan Paillard (34 ans) complète son activité de viande bovine avec des volailles, des grandes cultures et de la vente directe à Mézières-sur-Ponthouin. Julien Badouard (28) produit viande bovine, lait et grande culture à Juigné-sur-Sarthe. Jean-Luc Lanos (35 ans), de Requeil, a choisi la volaille de Loué.

“Le stage de préparation à l’installation est une bonne chose, surtout pour les chiffres. Cela oblige à bien tout poser et permet de se comparer à tous les systèmes qui s’installent en même temps. C’est très enrichissant” pointe David Champlou. Après un BTS en productions végétales à Angers et une école agricole à Toulouse, il a travaillé à l’Inra et en para-agricole avant d’être durant deux ans salarié sur l’exploitation de son père. “Je n’étais pas sûr de vouloir m’installer quand j’étais ado. Mais après un parcours en extérieur j’ai pris conscience que c’est vraiment ce que je voulais faire. La base, c’est la passion. Il faut avoir confiance en soi et dans l’avenir.”

YB

Voir plus

Le journal
23 octobre 2020 - N° 43
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche