Publié le
Vendredi 15 novembre 2013

Pour résister, l'entreprise diversifie et s'adapte à ses clients

La situation de la pomme de table reste tendue depuis de nombreuses années. L'EARL des Vergers de Marigné a dû se réorganiser pour survivre.


="text-align:>

La production de pommes de table connaît des hauts et des bas terribles, comme en 2012. D'année en année, des entreprises ferment sans que cela fasse de bruit. Des petites mais aussi des grosses employant de nombreux salariés. L'EARL Les Vergers de Marigné a dû réagir en 1995. ="text-align:>

="text-align:>

Après une année 1991 catastrophique pour la production à cause d'un gel tardif, puis une année 1992 aussi catastrophique mais par excès de production et de prix très bas, la surface de vergers est ramenée de 40 à 20 ha. De 20 salariés permanents, l’EARL passe à trois avec des saisonniers qui viennent pour les pics de travaux. Jusqu'à 55 pour la récolte. L'entreprise produit 900 à 1 000 t de pommes chaque année en cinq variétés. Une partie est exportée en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas essentiellement. Mais l'entreprise avait besoin d'une deuxième corde à son arc.="text-align:>

Diversification


Une SARL indépendante est créée en 1995 pour un atelier de production de jus de pomme sous le nom “Les Fruits d'Apius”. Au départ, le projet tablait sur une production annuelle de 20 000 l, commercialisée en GMS. Au bout de six ans, l'expérience tourne court, l'enseigne dé-référence le jus de pomme. Mais qu'à cela ne tienne, l'activité est lancée et “nous nous adaptons,” résument conjointement Pascal et Françoise de la Rue du Can. “Nous avions besoin de cette activité de transformation pour utiliser les pommes consommables mais non commercialisables -du fait de leur calibre ou de leur forme. Nous avons proposé de le faire en prestation pour d'autres professionnels mais aussi pour les particuliers.” Aujourd'hui, les Fruits d'Apius produisent, selon les années, 150 000 à 200 000 litres de jus essentiellement en travail à façon. La SARL ne produit que 5 000 l sous son étiquette, commercialisés surtout en région parisienne.

Prestation à la demande, pommes, poires, bio


Ici, nous nous adaptons à toutes les demandes, y compris en bio, car l'atelier a reçu l'agrément Ecocert. Il y a des gens qui veulent des jus d'une seule variété et d'autres de plusieurs, des jus plats ou des jus gazéifiés, en toutes sortes de conditionnements, “bib”, bouteilles à vis ou “twist-off”. Il y a des producteurs qui apportent leurs pommes et nous demandent de compléter pour “faire une presse”. Et il y en a qui n'apportent rien et nous demandent de trouver les pommes. Certains s'occupent de l'étiquetage et d'autres nous le confient... Nous faisons en sorte d'être très ouverts sauf sur un point : la qualité des fruits ; on ne fait du bon jus qu'avec de bons fruits.” Ils doivent être propres, sans pourritures (risque mycotoxine) et sans matériaux étrangers (feuilles, bois, stickers, etc.). L'hygiène est primordiale pour éviter tout phénomène de fermentation. “Ensuite nous assurons la qualité du produit fini. Nous enregistrons toutes nos pratiques lot par lot et nous assurons la traçabilité de toutes nos fabrications.”


Christophe Zapata




="text-align:>

Christophe Zapata

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche