Publié le
Vendredi 9 octobre 2015

Pour le climat et la transition énergétique, l'agriculture s'engage

Après les territoires (2011), la qualité de l'eau (2012) et l'installation (2013), sept collectifs (1) fortement impliqués dans d'autres politiques agricoles s'attachent cette fois au climat et à la transition énergétique. A deux mois du sommet mondial sur le climat (COP 21), ils organisent un forum sur ce thème jeudi prochain aux Ponts-de-Cé (Maine-et-Loire), au lycée de Pouillé. Pierre Radanne, l'ancien président de l'Ademe, qui est actif dans les négociations internationales sur le climat (COP 21), sera le grand témoin de la journée. Il présentera sa vision pour la place de l'agriculture dans les enjeux climatiques, et la place de la France par rapport aux autres pays.


Etudes et initiatives concrètes



“Des solutions existent pour permettre à l'agriculture de réduire les gaz à effet de serre et ses consommations d'énergie”, lance Lionel Magnin, coordinateur de la Fédération régionale des Civam. L'événement a retenu l'attention du ministère de l'Ecologie puisqu'il a été labellisé COP 21. “Nous voulons mettre en avant des initiatives concrètes et des pratiques agricoles porteuses de solutions que développent nos réseaux. En parallèle, des chercheurs présentent leurs études sur les sujets abordés.” Ouvert à tous et particulièrement aux acteurs territoriaux, aux techniciens agricoles et aux élus, les organisateurs espèrent attirer entre 150 et 200 personnes.


Tous les systèmes de production ne sont pas égaux en termes de performance énergétique. Eleveur laitier à Couëron, en Loire-Atlantique, Symphorien Poisbeau (lire aussi en p. 28), présentera les actions entreprises sur son exploitation pour réduire les consommations énergétiques et les GES. Toujours en matinée, plusieurs intervenants présenteront des leviers existants pour développer la sobriété énergétique, de l'exploitation au territoire. Au niveau de l'alimentation, les consommations énergétiques sont liées aux deux tiers aux modes de production agricole, le tiers restant ayant trait à la logistique et à la distribution. Les circuits courts ne sont pas toujours synonymes de performance énergétique. Les avantages sont plus globaux dans les circuits de proximité au sens large. C'est ce que montrera Florence Scarsi, chargée de mission en alimentation durable au ministère de l'Ecologie.


Les cinq ateliers proposés l'après-midi permettront aux participants de tracer des enjeux et perspectives. Michel Merlet, d'Agter (Améliorer la gouvernance de la terre, de l'eau et des ressources naturelles) abordera l'emprise foncière de la production énergétique en agriculture. D'autres ateliers seront consacrés à la méthanisation et au bois bocager local. C'est Pierre Radanne qui sera chargé de faire la synthèse des échanges de la journée.


Voir plus

Le journal
7 août 2020 - N° 32
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche