Publié le
Vendredi 25 septembre 2020

“Nous adaptons notre production laitière à ce que nous récoltons”

Olivier Grimault	: “Il nous reste une coupe de luzerne à faire, ensuite on fera un état des lieux. On verra ce que l’on p
Olivier Grimault : “Il nous reste une coupe de luzerne à faire, ensuite on fera un état des lieux. On verra ce que l’on peut faire pour les douze mois à venir.”
Article réservé aux abonnés

A La Pommeraye (Mauges-sur-Loire), le Gaec de la Haute Roue, en bio, affiche d’excellents résultats économiques grâce à une productivité laitière élevée et une autonomie en protéines. Il ouvrira ses portes le 29 septembre lors d’une journée technique sur l’autonomie protéique.

Il ne faut pas travailler à l’envers : évaluer ses capacités, et non se demander comment faire pour produire absolument 650 000 litres.” Le Gaec de la Haute Roue produit 7 500 litres par vache (500 000 litres au total), un niveau bien supérieur à la moyenne des élevages bio. C’est un système robotisé, avec 30 hectares de prairies accessibles autour du bâtiment. Mais “j’adapte la...

Article paru dans "L'Avenir Agricole" du 25 septembre 2020 - N° 39
(Version numérique 1,90 €)
(Profitez de tous les avantages abonnés)
Déjà abonné ?Se connecter
Le journal
23 octobre 2020 - N° 43
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche