Publié le
Vendredi 8 avril 2016

Mesurer l’épaisseur de lard dorsal pour améliorer ses performances en maternité

Les truies sont conduites en lots de huit. Les ELD sont mesurées avec un Renco à différents stades : sortie quarantaine pour les cochettes, sevrage, IA pour les truies, entrée et sortie maternité. “La mesure à l’entrée en maternité n’est pas systématique.” A la Tremblaie, les mesures réalisées entre janvier et septembre 2015 sur l’ensemble des truies, révèlent un ELD moyen au sevrage de 11,5 mm. “C’est un peu faible par rapport à ce qui est souhaitable. On vise 13 mm à l’IA.” Seules, 30 % des truies de l’élevage se situent entre 12 et 14 mm, la moitié est en dessous.
Grâce à ces mesures d’ELD, Olivier Garry a revu ses niveaux d’alimentation avec pour objectif de remettre les truies en état lors du premier tiers de la gestation. Les courbes d’alimentation en U ont été adaptées en fonction des notes de gras au sevrage. Des groupes de truies ont donc été constitués. “On a changé notre façon de les alloter.” Ainsi, pendant le début de gestation, les “maigres” reçoivent 3,6 kg de Gestatop alors que les “grasses” sont limitées à 2,8 kg. En milieu de gestation, les “maigres” ont un apport supplémentaire de 200 g d’Optigest. Enfin, la hausse des niveaux ingérés lors du dernier tiers de la gestation est avancée d’une semaine. Résultat. “On a vu une augmentation du poids des porcelets.”


Apprécier l’état des truies



Une conduite des cochettes différenciée



Cinquante cochettes de deux âges (trois semaines d’écart) sont achetées toutes les six semaines. A l’entrée en quarantaine, la pesée des animaux permet de constituer deux groupes : les “jeunes” qui ont un poids moyen de 100 - 105 kg et les “vieilles” de 115 - 120 kg. Le but est d’amener des cochettes de 150 - 160 kg avec de bons aplombs à l’entrée en verraterie. “On a donc différencié les quantités apportées sur ces deux groupes.” La maîtrise de la croissance des cochettes (GMQ visé de 600 - 650 g/jour) est passée par une accentuation du U de la courbe et l’adoption d’un aliment biphase. En milieu de quarantaine, les “vieilles” reçoivent 2,2 kg d’Optigest pendant que les “jeunes” ingèrent 2,5 kg. Ensuite, toutes les cochettes retrouvent un niveau d’apport identique avec 2,8 kg de Gestatop. En sortie de quarantaine, les mesures d’ELD indiquent 13 mm, “ce qui correspond à ce que l’on souhaite”.



Des performances accrues



L’allotement homogène et la différenciation de l’alimentation ont eu en effet net sur les performances de l’élevage (voir tableau). Entre 2014 et 2015, le nombre de porcs par an par truie productive a augmenté de 0,93. Le nombre de nés totaux et nés vivants a aussi évolué dans le bon sens. “On a vu une explosion de la prolificité et de la productivité.” L’intervalle entre deux saillies s’est réduit et le poids des porcelets au sevrage s’est aussi amélioré. Mais pas de quoi endormir Olivier Garry ! “On peut encore faire mieux car on a encore de la perte.”


Voir plus

Le journal
4 décembre 2020 - N° 49
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche