Publié le
Vendredi 7 octobre 2016

Loué cherche 150 nouveaux producteurs d’œufs

La calibreuse trie automatiquement les œufs, et garde une traçabilité parfaite. On retrouve le nom de l’éleveur(euse) sur la boîte.
La calibreuse trie automatiquement les œufs, et garde une traçabilité parfaite. On retrouve le nom de l’éleveur(euse) sur la boîte.

La demande en œufs de qualité explose. Le groupement Lœuf (Loué) compte passer de 250 producteurs à 400. A La Bazoge (Sarthe), l’usine a investi dans une calibreuse unique au monde.

"Le marché est là, il ne changera pas. La mutation est en train de devenir une révolution. Il n’y a jamais eu de filière agricole qui ait connu autant de perspectives à cinq ans. On a des certitudes comme on n’en a jamais eues.” Yves de la Fouchardière, directeur des Fermiers de Loué, est catégorique. Les chiffres parlent pour lui. En 1988, la production alternative représentait 2 % du marché. On désigne là, “l’alternative à la cage”, c’est-à-dire en plein air, en bio, en Label Rouge. En 2003, elle avait déjà conquis un quart du marché. Et aujourd’hui, bientôt la moitié (43 %) ! Lœuf (qui réunit Loué et Le Gaulois) a été pionnier. 

Avec ses 620  millions d’œufs, il reste le leader du marché (45 %). La demande est là. “Dans cinq à dix ans, 10 millions de poules en cages vont passer au plein air.” Lœuf lance donc un appel aux agriculteurs de sa zone (Sarthe, Mayenne, Maine-et-Loire) : il recrute. L’objectif annoncé est de 150 nouveaux producteurs en dix ans, peut-être plus rapidement. En période de crise comme maintenant, il y a de quoi réfléchir. C’est un moyen de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier… Il faut considérer qu’un bâtiment de poules pondeuses équivaut à “un mi-temps agricole”, soit trois à cinq heures par jour, tous les jours de la semaine.
Rémi Hagel

Retrouvez l'intégralité de l'article dans notre édition datée du 7 octobre 2016.

="text-align:>

="text-align:>
Rémi Hagel

Voir plus

Le journal
7 août 2020 - N° 32
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche