Publié le
Vendredi 20 décembre 2013

Les chevaux dans la bataille

“Faudra-t-il se porter partie civile chaque fois qu’un fraudeur est traduit devant les tribunaux pour éviter que soit jeté le doute, si ce n’est le discrédit, sur l’ensemble des filières viandes en général ?”, a déclaré Jean-Paul Bigard, président du Sniv-SNCP, suite à l’affaire de trafic de viande de chevaux de laboratoire.

Cette nouvelle ne va pas arranger le moral de la filière, déjà tourmentée par la perspective d’une hausse de la TVA sur les centres équestres. 

On peut aussi relativiser. Tout d’abord, en se disant, avec le Sniv-SNCP, que l’affaire rappelle “qu’à toute chose, malheur est bon : parce qu’elle signifie que dans notre pays les fraudeurs ne peuvent pas frauder tranquille”. Et n’oublions pas que la filière est diverse. Si la consommation de viande est faible, les branches sportives, elles, se portent bien. Les Français aiment les chevaux. Espérons que les centres équestres puissent obtenir un cadeau de Noël sur la TVA. 
Rémi Hagel

Rémi Hagel

Voir plus

Le journal
30 octobre 2020 - N° 44
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche