Publié le
Vendredi 31 mai 2013

Les avantages de la génomique pour développer la race Normande

Le syndicat des Normandes en visite à l'Earl Fortin-Brichet au Bailleul.

Le syndicat sarthois des Normandes organisait des portes ouvertes le 28  mai chez Alain Fortin au Bailleul, à la suite de son assemblée générale qu'il avait souhaité réserver à ses seuls adhérents. Jean Jupin, technicien Evolution, a exposé les changements imposés par l'arrivée de la génomique dans le raisonnement des accouplements. La durée d'utilisation des meilleurs taureaux étant devenue très courte, les accouplements vont désormais devoir utiliser l'informatique pour évaluer le coefficient de consanguinité entre mâle et femelle. “C'est une contrainte, mais avec
le génotypage, l'éleveur sait mieux où il va et les accouplements sont plus précis par rapport aux objectifs retenus par l'éleveur.” L'autre progrès attendu est sur la semence sexée : les génisses manquent sur le marché et le choix du sexe des veaux à naître intéresse les éleveurs. Encore faut-il que l'IA marche et là les avis sont partagés. Certains éleveurs ont d'excellents taux de réussite pendant que d'autres en ont des mauvais, sans qu'il soit possible d'indiquer une cause claire. Après la visite du troupeau d'Alain Fortin, les éleveurs se sont donné rendez-vous au National à Neufchatel-en-Bray du 7 au 9 juin.

Voir plus

Le journal
29 mai 2020 - N° 22
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche