Publié le
Vendredi 14 juin 2013

Le solaire fait de l’ombre aux vignes

La Commission européenne a décidé d’instaurer des droits antidumping provisoires sur les panneaux solaires chinois. En représailles, le géant asiatique menace de taxer les vins importés.

PHOTO : L’Union européenne veut soutenir l’énergie photovoltaïque. Ici, sur son site, elle met en avant l’Ines (Institut national de l’énergie solaire) à Chambéry. Mais dans les relations commerciales, les éléments en balance sont nombreux.


La Commission européenne a décidé d’instaurer des droits antidumping provisoires sur les panneaux solaires chinois. Les mesures seront progressives : à partir du 6 juin, les taxes sont au taux de 11,8 %, et passeront deux mois plus tard à 47,6 % en moyenne si la Commission ne parvient pas à trouver un accord avec Pékin.

Les Etats-Unis avaient pris ce genre de mesure il y a un an.

“Ce n’est pas une mesure protectionniste”, justifie le commissaire au Commerce, le Belge Karel De Gucht “mais une mesure d’urgence pour donner un ballon d’oxygène à un secteur qui souffre”. Indirectement, l’actualité du Mayennais MPO l’illustre. L’usine spécialisée dans les CD-DVD cherche à se diversifier, avec un projet d’usine de composants photovoltaïques.

Les fabricants européens souffrent. Plusieurs plaintes ont été déposées par EU ProSun, un groupement d’entreprises qui accuse la Chine de concurrence déloyale. Le géant asiatique est le premier producteur de composants photovoltaïques au monde depuis 2007. Elle a vendu pour 21 milliards d’euros de ces produits à l’UE en 2011.

Solaire en souffrance

“La décision mérite d’être saluée” estime le sénateur UDI de la Mayenne Jean Arthuis (1). “Cet épisode de ‘guerre’ est l’électrochoc dont nous avions besoin pour faire de l’Europe une puissance industrielle, commerciale et politique.” En toile de fond, l’Europe est divisée : les Etats du nord plus libéraux, n’étaient pas favorables à cette mesure.

Une mesure qui est à double tranchant, puisqu’en France, les installateurs n’ont pu maintenir leurs marges que grâce à des prix de panneaux faibles. Le moratoire du gouvernement Fillon sur les tarifs de rachat avait brisé le développement de la filière. En septembre dernier, le collectif Touche pas à mon panneau solaire rappelait que “15 000 à 18 000 salariés ont perdu leur poste dans la filière photovoltaïque depuis le moratoire de décembre 2010”.

Le vin, victime collatérale

Et à court terme, la Chine a répliqué en ouvrant une enquête “antidumping et droits compensateurs” sur les importations de vins européens en provenance de l’UE. Le Comité européen des entreprises vins (CEEV) a déploré que, “dans le contexte d’une escalade de tensions commerciales entre l’UE la Chine, le secteur du vin soit pris arbitrairement en otage.

A Paris, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a rappelé qu’“il n’y a aucune subvention à l’exportation. Dans cette discussion qui commence entre l’Europe et la Chine, on va tout faire pour trouver la bonne solution, l’équilibre dans nos relations commerciales”, a-t-il assuré. De fait, il s’agit d’un bras de fer, les positions devraient évoluer. Déjà, il y a un an, l’Association chinoise de l’industrie des boissons alcoolisées avait demandé au ministère du Commerce de vérifier si le vin en provenance de l’UE constituait un préjudice pour le marché intérieur.

Cette actualité devrait être à l’ordre du jour des ministres du Commerce des Vingt-sept lors de la réunion du 14 juin à Luxembourg. Les choses pourraient aussi bouger en Chine, confrontée à une surproduction. En mars, le géant SunTech, qui exportait 45 % de sa production en Europe, a dû déposer le bilan.

Agrapresse (avec RH)


(1) Parue dans Ouest France du 11 juin.

Rémi Hagel

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche