Publié le
Vendredi 14 mars 2014

Le Sebrac a le National 2015 en ligne de mire

“Un tel concours a un impact positif sur la filière du département”pour le président du Herd-book, Michel Baudot (à droite, à côté de Pascal Langevin).
“Un tel concours a un impact positif sur la filière du département”pour le président du Herd-book, Michel Baudot (à droite, à côté de Pascal Langevin).

Les Sarthois organisent le concours national de la race lors des 4-Jours 2015. A un an et demi de l'événement, c'est déjà l'effervescence.

De l'organisation. “On n'en est qu'aux grandes lignes. Tout n'est pas défini” prévient le président du syndicat Pascal Langevin. Pourtant, l'organisation du concours national Charolais au  Mans en 2015 prend déjà une importance croissante. Un budget prévisionnel est établi à 275 000 euros, et “je peux vous assurer qu'il n'y aura pas de superflu, les chapiteaux, “c’est ce qui coûte le plus cher”a-t-il expliqué lors de l’assemblée générale, qui s’est déroulée mardi 11 mars à Coulans-sur-Gée. L'idée qui émerge sera de proposer aux partenaires de déplacer leurs stands pour “venir sous le chapiteau, avec les animaux”. Seuls resteraient en extérieur les exposants de gros matériel. Le syndicat va prendre son bâton de pèlerin et convaincre sponsors et partenaires. Pascal Langevin lance aussi un appel aux bénévoles : “Nous avons besoin de tout le monde, et en dehors même du syndicat.” Il souhaite faire de ce rassemblement, “un rendez-vous convivial où chacun trouvera sa place, un concours qui ne sera pas élitiste”.


Le président du herd-book charolais, Michel Baudot, est venu apporter son soutien, lui qui a organisé le national Charolais chez lui en Côte-d’Or, en 2012. “Organiser un concours avec 500 animaux n'est pas une mince affaire, mais cela a un impact positif sur la filière du département. On a marqué les esprits pour longtemps. Il y aura sûrement des coups de gueule, mais à la fin, tout le monde fait la fête ensemble. Restez unis, et faites en sorte que l'intérêt général l'emporte.”


Du dynamisme. Au-delà de cette échéance, le syndicat multiplie les activités toute l'année. Signe de ce dynamisme, l'Association- des jeunes éleveurs de Charolais de la Sarthe a vu le jour à l'automne dernier. Fin juin, la Sarthe accueillera l'AG régionale des Pays-de-la-Loire. Le voyage des éleveurs les mènera fin août à la station du Marault (Nièvre), qui accueille cette année le congrès mondial Charolais  !


Du débat. Pierre Vaugarny, nouveau secrétaire général de la FNB, est venu débattre des grandes mesures en débat sur la production de viande bovine. Son propos a principalement porté sur les modalités de versements des futures aides couplées de la Pac (1). Mais aussi sur d'autres volets concernant la filière. “L'export n'est pas une finalité en soi, mais doit être une arme qui permet de se faire respecter de nos interlocuteurs(la grande distribution). On l'a vu il y a deux ans avec la Turquie-(le prix est remonté).” Une remarque fuse : “Le problème, c'est que ceux qui exportent, sont les mêmes qui ont les abattoirs.” Pas de conclusion à cet échange, mais une certitude : “Il y a une surcapacité d'abattage, il y aura une restructuration” pronostique le responsable syndical.


Rémi Hagel


Rémi Hagel

Voir plus

Le journal
29 mai 2020 - N° 22
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche