Publié le
Vendredi 9 décembre 2016

Le retour de la douceur est favorable aux pucerons

La pression limace est stable, les conditions climatiques de la semaine dernière n’ayant pas été favorables au ravageur. Des dégâts sont toujours observés notamment en bordure et sur parcelles à risque mais sont globalement peu intenses. La vigilance doit se maintenir pour les parcelles à risque (travail simplifié, précédent colza) et au stade 1 feuille. Le risque est faible pour les autres parcelles.


Peu de pucerons



Toujours très peu de pucerons sont observés. La douceur annoncée dans les prochains jours est favorable à leur activité. Des vols pourraient reprendre si les températures dépassent les 12 °C. Le risque puceron concerne les parcelles non protégées par un traitement de semences et celles arrivant à début tallage. Le risque continue d’être faible pour toutes les autres parcelles.


L’observation des pucerons est à effectuer pendant les heures les plus chaudes de la journée. En effet, lorsqu’il fait frais, ils se réfugient à la base des plantes, rendant leur détection plus difficile. Lorsqu’il fait chaud, ils sortent du collet des plantules, ce qui les rend plus visibles. Si les conditions ne sont pas propices aux observations au champ (vent et pluie), une méthode simplifiée peut être mise en œuvre pour détecter leur présence : prélever une vingtaine de plantes à différents endroits en traversant la parcelle en diagonale et les mettre dans un sac plastique transparent, puis placer le sac près d'une source de chaleur. Les insectes seront très rapidement visibles sur les parois du sac. Attention, cette méthode ne permet pas de déterminer le pourcentage de plantes touchées, juste de savoir si les pucerons sont présents. La période de risque commence dès le stade 1 feuille de la céréale. A partir de 10 % de plantes porteuses d’au moins un puceron, le seuil est atteint. Un second seuil est alors fixé : présence de pucerons pendant plus de dix jours consécutifs.



Le risque altise est faible



En colza, les stades des parcelles du réseau vont de 7 feuilles (B7) à 8-9 feuilles. Plus de 80 % des parcelles sont maintenant à plus de 9 feuilles. Les résultats des premiers comptages par la méthode Berlèse et les quelques comptages par dissection confirment que globalement la pression des larves d’altise d’hiver est relativement faible cette année. Il est toutefois important de faire ses propres comptages dans sa parcelle. Les parcelles à surveiller et où des comptages larvaires doivent être réalisés avant toute décision d’intervention sont les parcelles à risque moyen et fort (voir grille de risque précédente édition) situées en Loire-Atlantique et sud Maine-et-Loire, avec des colzas levés au 25 et au 30 septembre. Dans tous les autres cas, le risque vis-à-vis des larves est faible.


Voir plus

Le journal
4 décembre 2020 - N° 49
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche