Publié le
Vendredi 9 octobre 2020

Le plan contre le poulet étranger

Neuf Français sur dix disent vouloir acheter du poulet français, mais la moitié des poulets consommés viennent de l’étra
Neuf Français sur dix disent vouloir acheter du poulet français, mais la moitié des poulets consommés viennent de l’étranger. (photo Anvol)

C’est assez simple : pendant la crise Covid, la consommation en restauration hors domicile (RHD) a chuté, et les importations aussi”, a résumé Gilles Huttepain (LDC). Anvol, l’interprofession de la filière avicole, a présenté mercredi matin sa stratégie contre la concurrence du poulet étranger, notamment dans la restauration hors domicile. Sur les sept premiers mois de 2020, le volume de volailles importées a baissé de 7 %. “Mais pas de cocorico pour autant, ont prévenu les responsables d’Anvol. C’est surtout lié au contexte, et c’est déjà reparti à la hausse.” En 2019, presque 1 poulet sur 2 consommés en France (45 %) vient de l’étranger (Ukraine, Brésil, Thaïlande, etc.), contre “1 sur 10” dans les années quatre-vingt-dix. Et la majeure partie est consommée hors domicile, notamment dans la restauration collective (70 % des volumes).

Pour répondre à cet enjeu, Anvol réclame une “identification de l’origine des volailles” obligatoire en restauration hors domicile, mais aussi sur tous les circuits de distribution à l’échelle européenne, pour la viande fraîche ou élaborée.

Autre piste proposée : identifier clairement l’origine de toutes les viandes dans les appels d’offres de la restauration collective.

En parallèle, la filière affiche sa "bonne volonté" pour répondre aux “attentes sociétales”, avec des objectifs pour 2025 tels que la réduction des antibiotiques (- 60 %) ou une alimentation “100 % durable sans déforestation”, avec aussi des investissements dans le bâti, pour atteindre 50 % de “lumière naturelle” d’ici 2025. “Soit environ 600 000 euros d’investissements nécessaires chaque année”, a évalué l’interprofession, pour rapprocher au maximum le poulet standard français (hors signes de qualité) des attentes du citoyen… sans décourager le consommateur.

J.Reux

Voir plus

Le journal
23 octobre 2020 - N° 43
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche