Publié le
Vendredi 24 juin 2016

Le PCAE volaille dépassé par son succès

Toutes filières confondues, près de 800 des 1 000 dossiers déposés pour ce plan d'aide à la construction et modernisation des bâtiments ont été sélectionnés en 2015. Cela représente au total 35 millions d'euros d'aides. L'enveloppe initiale avait été fixée à 17,5 M€, elle a donc été doublée.
Pour la filière avicole et cunicole, 203 dossiers ont été instruits, ce qui représente 9,2 millions d'euros, soit 27 % de l'enveloppe totale. “On avait appuyé sur le frein en cours d'année sachant que les crédits étaient épuisés”, justifie Gaëlle Dennery, qui accompagne ce dossier à la chambre régionale d'agriculture.


L’enveloppe 2015 entièrement consommée



Comment recevoir
un acompte ?



Ceux qui ont déposé un dossier en 2015 peuvent faire une demande d'acompte. Leur montant peut représenter jusqu'à 80 % de la demande d'aide. Il faut simplement justifier des demandes qui ont été engagées. Quant aux soldes, cela ne devrait plus trop tarder, probablement dans le courant de l'été ou à la rentrée.



Sélection de plus en plus sévère en 2016



Pour 2016, l'enveloppe pour l'aviculture reste de 30 % du montant global, soit 5,8 millions d'euros. Pour le premier appel à candidature (décembre – janvier derniers), on comptait 118 dossiers avicoles et 40 jeunes agriculteurs. Faute de crédits suffisants, il a fallu opérer une sélection qui s'est faite sur la note de chaque dossier. Grâce à l'enveloppe de réserve, tous les dossiers à plus de 110 points ont pu être aidés. Les courriers de
notification commencent seulement à être envoyés.


Pour le deuxième appel à candidature, qui s'est achevé fin avril, 390 dossiers ont été déposés et les premiers chiffrages font état de 17,8 millions d'euros d'aides de besoins totaux. Une recherche de fonds est en cours pour récupérer des crédits non utilisés, notamment sur l'enveloppe végétale. Finalement, tous les dossiers notés à 200 points pourraient être aidés. Cela ne concernera en gros que les dossiers jeunes agriculteurs et nouveaux installés.



Probablement pas
de troisième appel
à candidature



Le troisième appel à candidature, prévu de juillet à septembre, est fortement compromis, car les caisses sont désormais vides. Les candidats devront donc très probablement attendre l'année prochaine pour déposer leur dossier.



De nouvelles règles
pour 2017 ?



Des discussions sont en cours actuellement entre les services de l'État, le conseil régional et les syndicats agricoles sur les plafonds, la transparence Gaec, la liste des priorités et la liste des investissements éligibles. Les éleveurs de volailles souhaitent diminuer la transparence Gaec, les taux d'aide ou les plafonds. La Région doit réaliser des simulations sur les précédents appels à candidature pour mesurer l'impact des changements à envisager. Des réponses concrètes sont attendues d'ici le dernier trimestre pour un démarrage du premier appel à candidature au début de 2017.



Cela vaut-il le coup
de déposer un dossier ?



“Qui ne tente rien n'a rien !” répond Gaëlle Dennery, qui suggère de “dimensionner son projet de façon à ce que le PCAE ne soit pas la condition de sa réalisation”. En clair, un projet doit être viable sans PCAE, sinon, cela représente trop de risques et les banques risquent de se monter frileuses. “Certains envisagent des projets plus gros que s'ils n'avaient pas eu les aides du PCAE, constate l'ingénieure d'études avicoles. Il faut rester raisonnable.”


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche