Publié le
Vendredi 21 juin 2013

Le mauvais temps a aussi pénalisé les forestiers

L'impossible accès aux parcelles n'a pas concerné que les agriculteurs. “Le climat a retardé des chantiers de déboisement, explique Arnaud Trubert, président de l'Union régionale des exploitants forestiers, scieurs et industriels du bois. De mémoire d'anciens, on n'a jamais connu une telle pluviométrie… Certains bois abattus en octobre dernier ne sont toujours pas sortis des forêts [au 1er  juin]. Les engins ne pouvaient pas entrer, au risque de causer des dégâts énormes”. Les repousses auraient en effet pu s'en trouver affectées.

Des scieries au chômage technique


Heureusement, à la scierie Hubert qu'il dirige, à Aron, près de Mayenne, “on a 6 à 8 mois de stocks”, poursuit Arnaud Trubert. Ce qui n'est cependant pas le cas de tout le monde. Dans certaines régions, la situation est telle que “des scieries sont au chômage technique”. Impossible de disposer de matière première suffisante pour faire tourner les outils…

Qui plus est, “certaines commandes sont retardées” : “Pour les constructions de bâtiments agricoles, par exemple, il était impossible de faire la maçonnerie” pour y planter les poteaux de chêne, etc. Résultat global dans la filière : “Les délais de paiement courent…”


Frédéric Gérard

Frédéric Gérard

Voir plus

Le journal
7 août 2020 - N° 32
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche