Publié le
Vendredi 24 juillet 2015

Lait : quels seront les marchés du futur ?

Pour être compétitives, les plus petites coop sont obligées de développer leur présence sur les marchés d’exportation.” C’est la vision de Christophe Lafougère, directeur du Gira, société spécialisée en prospective et stratégie. Invité à l'assemblée générale de Colarena Presqu’île (900 adhérents), le 18 juin, il a brossé des perspectives de marchés prometteuses, mais davantage soumises à variation. “La crise actuelle n’est que temporaire, bien qu’elle ne soit pas terminée. L'embargo russe ne sera pas unique et pourra même arriver en Chine. Les prix resteront toujours cycliques. La volatilité continuera à déranger toute la chaîne d’approvisionnement, il faut apprendre à vivre avec. Mais on aura besoin de toujours plus de produits laitiers, et tout ne pourra pas venir d’Océanie.”


L'Union européenne est plus compétitive



En Nouvelle-Zélande, le prix payé actuellement aux producteurs est le plus bas depuis de nombreuses années. Sur les places internationales, les Etats-Unis subissent, d'une certaine manière, la réévaluation du dollar ; la baisse des exportations y est en partie compensée par une bonne consommation intérieure. “La fin des quotas et la dévaluation de l’euro vont donner plus de lait, surtout en provenance
de l'UE, mais aussi plus d’exportations.”



Les coproduits
de lactosérum



La hausse des exportations va surtout concerner les poudres. Le marché des ingrédients techniques est prometteur et moins soumis à la volatilité. “L’infantile et les aliments de santé seront les forces motrices pour le lactosérum”, insiste Christophe Lafougère. “La question est de savoir qui va réellement bénéficier de
la valeur ajoutée ?”


Le géant chinois est un cas à part. La consommation par personne s'y élève actuellement à 26 kg/an. “C’est encore très bas par rapport à la moyenne mondiale mais ça laisse encore de la place pour la croissance” dans la plupart des catégories de produits, résume l’économiste. Grâce aux 16 millions de bébés qui naissent en Chine chaque année, la demande de lait en poudre premier âge va croître au rythme de 12 % par an.


Les volumes des importations chinoises doivent continuer d’augmenter. Le Japon va également devenir une destination de plus en plus intéressante pour les Européens. “Le fromage ingrédient est un marché à surtout ne pas négliger.” Eurial, premier fabricant français de mozzarelle, a un atout dans sa manche.


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche