Publié le
Dimanche 25 octobre 2020

La ventilation naturelle, essentielle pour réduire la température l’été

"Il faut privilégier la ventilation naturelle", préconise Bertrand Fagoo, de l’Institut de l’élevage.
"Il faut privilégier la ventilation naturelle", préconise Bertrand Fagoo, de l’Institut de l’élevage.

Les ruminants craignent peu le froid. En revanche ils sont en stress thermique au-delà de 25 °C. La circulation de l’air est l’une des quatre variables climatiques en jeu avec l’humidité, la température et le rayonnement solaire. Une vitesse d’air élevée permet de diminuer la température ressentie. C’est donc particulièrement utile en période estivale.

Deux types de ventilation

Il existe deux types de ventilation naturelle. La ventilation par effet de vent s’exerce par un long pan avec une dépression de l’autre côté, ce qui favorise le balayage et le renouvellement de l’air. Mais pour cela, le bâtiment ne doit pas être trop large. A plus de 20 mètres, l’effet vent est moins efficace.

La ventilation par effet cheminée s’exerce en faisant remonter la chaleur dégagée par les animaux vers le faîtage. Mais si le toit est trop haut, la chaleur n’est pas évacuée. "L’isolation du toit peut parfois être une solution dans certains cas, mais à condition, encore, que ce toit ne soit pas trop haut", observe Bertrand Fagoo, expert bâtiment à l’Institut de l’élevage.

Les types d’ouverture à prévoir

Les ouvertures libres en partie basse sont particulièrement bienvenues l’été. Il peut s’agir de démontage de bardage côté nord (c’est rapide, parfois facile, pas très cher) ou d’aménagements de volets côté sud pour laisser rentrer l’air en limitant le rayonnement dans le bâtiment. Autre solution, le double bardage. Il s’agit de planches de 15 cm espacées de 15 cm, avec un second bardage, identique mais monté sur rail, qui coulisse pour réduire les 15 cm d’ouverture si besoin.

Les guillotines, solution très adoptée dans certaines régions, notamment en caprin, permettent de moduler les ouvertures, avec la nécessité d’intégrer en partie haute une grille brise-vent pour éviter qu’en plein hiver les ouvertures ne soient complètement fermées. Inconvénient principal de ce système : il faut un mur en partie basse, le bâtiment ne peut donc pas s’ouvrir jusqu’en bas.

Enfin, les systèmes de rideaux, pleins ou brise-vent, sont assez répandus. Ils s’ouvrent du bas vers le haut ou l’inverse.

Voir plus

Le journal
27 novembre 2020 - N° 48
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche