Publié le
Vendredi 16 octobre 2020

La Pac autorise l’allongement des prairies temporaires

La codification Prairie à rotation longue permet de déclarer des prairies de plus de six ans sans les classer "permanentes".
La codification Prairie à rotation longue permet de déclarer des prairies de plus de six ans sans les classer "permanentes".

La plupart des éleveurs craignent le cap des cinq ans de leurs prairies. C’est une bascule réglementaire, qui voit une prairie temporaire (PT) passer en prairie permanente (PP). Ils s’alignent sur la codification réglementaire des déclarations relatives à la Pac.

Impact des céréales

Un code réglementaire, mal connu, existe pourtant : les prairies à rotation longue (PRL). Elle remplace depuis 2018 la codification des prairies herbagères. Cette déclaration permet de reconnaître des prairies temporaires de six ans ou plus (la 6e déclaration Pac), sans avoir à les classer au titre de "permanentes". Cette codification peut prolonger leur caractère "temporaire" jusqu’à huit ans.

Certains agriculteurs cassent cependant leurs prairies pour raisons agronomiques : à partir de cinq ans, mais surtout entre six et huit ans, ils constatent que la productivité des parcelles s’essouffle. Et préfèrent les retourner. Ce qui est aussi un moyen économique de ramener de l’azote sur les céréales qui suivent.

L’étude PERPeT montre à l’inverse que les éleveurs qui décident de faire vieillir leurs prairies réduisent la part des céréales dans leur rotation. Le réseau Civam en profite pour rappeler à ce titre qu’il faut "éviter de baser son système uniquement sur la Pac".

FG
Le journal
30 octobre 2020 - N° 44
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche