Publié le
Vendredi 19 juin 2015

La Normande de demain, c’est maintenant

Cinquante participants se sont retrouvés le 11 juin à Châteaubriant, dans les murs de l'usine Kuhn, qu'ils ont visitée après la partie statutaire. Neuf éleveurs du département (13 animaux) ont participé fin mai au National organisé à Saint-Brieuc. Festive, appartenant à Philippe Thébaud, le président de l'association, a été sacrée meilleure bouchère du concours. “Elles étaient dix rassemblés dans le pré-ring et le juge l'a désignée parmi les cinq finalistes”, se félicite l'éleveur de Fay-de-Bretagne. Première de sa section (femelles gestantes de leur 3e veau), Festive est une fille de Redond. Elle possède un ISU de 139 et a produit 7 339 kg de lait standard en 1re lactation.

Béré, le temps fort
de l'année

“Je présentais aussi Verdure, championne à Béré et présente plusieurs fois au Space. Au National, c'était la plus vieille vache du concours avec ses dix ans”. Symbole de longévité de la race, elle s'est classée 4e dans sa section. Le concours départemental reste le temps fort de l'année pour la Normande dans le département. Avec toujours le même objectif : faire participer un maximum d'éleveurs, dans une ambiance à la fois professionnelle et festive. “En 2014, nous avions 70 animaux en présentation pour 32 élevages”, se félicite le président.

Olivier Roze, responsable développement de la filière normande a Evolution, a présenté la démarche innovante appelée Normande 2050, initiée par l'OS Normande avec le concours d'Evolution et d'Origenplus. “Pour le démarrage de la campagne 2015-2016, nous vous proposons une nouvelle segmentation de nos produits pour mieux répondre à vos attentes.” Ces solutions d'accouplements figureront dans le catalogue. Avec des gains réalisés en mamelles, aplombs et en production, la Normande doit mieux valoriser ses efforts de sélection. “La race n'a pas une image de marque clairement identifiée et la génétique Evolution n'apparaît pas comme une évidence”, poursuit Olivier Roze. “Avec la différenciation du produit et sa double aptitude lait et viande, la Normande a des atouts pour gagner des parts de marché.”

Choix d'accouplements raisonnés

Alors que son lait et sa qualité bouchère ne tirent pas l'activité de l'IA vers le haut, l'image de la Normande est fondée sur les notions de nature, de bien-être, de liberté et d'autonomie, c'est-à-dire une vache robuste à production raisonnée. “Il faut mieux maîtriser les entreprises pour faire vivre vos familles, et non pas positionner la Normande comme un produit banal”, argumente Olivier Roze. Trois segments ont été identifiés : Quali-lib (qui représente 45 % des éleveurs), tournée vers la double valorisation ; Confort-lib (26 %), avec des fonctionnels et des aplombs pour une vache robuste et saine, et enfin Opti-lib (29 %), pour ceux qui veulent développer leur revenu en augmentant les volumes.

“Cette segmentation est orientée vers la stratégie technico-économique. Elle intègre la démarche de renouvellement des élevages et est en cohérence complète avec Ypsum et XPlait”. Au 1er juillet, l'offre globale portera sur 75 taureaux. En un an, les critères indexations sur les aplombs ou la mamelle ont gagné 0,2 point, la génomique ayant beaucoup travaillé sur ces critères-là. “Ce positionnement doit aussi servir l'humain, c''est ce que nous appelons l'éleveur libéré”, complète Jacques Legendre, président de l'OS Normande et éleveur à Guéméné-Penfao. L'organisme poursuit le montage d'une dizaine de fermes cibles sur les trois régions, qui serviront à faire la promotion de la race et à attirer les éleveurs.

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche