Publié le
Vendredi 15 mai 2020

“La MSA va accompagner le déconfinement”

Pascal Cormery : “Nous jouons aussi le rôle important d’amortisseur social” (photo Franck Beloncle, CCMSA)
Pascal Cormery : “Nous jouons aussi le rôle important d’amortisseur social” (photo Franck Beloncle, CCMSA)

Le président de la Caisse centrale des MSA Pascal Cormery et son directeur général François-Emmanuel Blanc font le point sur la gestion de la crise liée au Covid-19. Ils se projettent aussi dans l'après : déconfinement, report voire prise en charge des cotisations au titre du FNASS, aide exceptionnelle de solidarité, suivi psychologique des horticulteurs et préparation à la prochaine COG.

Quel bilan de gestion de crise Covid-19 tirez-vous pour la MSA ?

François-Emmanuel Blanc : Tous nos services ont été maintenus pendant la période de confinement, plus de 80 % de nos salariés sont en télétravail. Nos assistantes sociales ont contacté 32 000 foyers fragiles et accompagné plus de 22 000 familles. Toutes les prestations ont été versées. Nous avons pu mettre en place également des mesures de pilotage adaptées pour le recouvrement des cotisations selon la situation économique des filières, des exploitants et des entreprises.

Comment la MSA va-t-elle accompagner le déconfinement ?

FEB : Nous allons mener une campagne d'éducation à la santé publique et de gestion du risque épidémique. Nous aurons aussi à aider les employeurs sur le logement de la main-d'œuvre étrangère : conditions à respecter, précautions à prendre...

PC : Nous jouons aussi le rôle important d'amortisseur social. Un certain nombre de filières et d'entreprises sont en crise. Nous nous rapprochons d'elles pour les accompagner et les aider en commençant par des reports de cotisations, voire d'éventuelles prises en charge.

Certains syndicats demandent l'exonération de cotisations au lieu d'un simple report. Allez-vous le faire ?

PC : Toutes les entreprises et exploitants agricoles peuvent demander un report ou un allongement de leurs cotisations, et ne payer en ce moment même que ce qu'ils peuvent payer. C'est quand même un vrai plus !

C’est au Parlement ou au gouvernement qu’il appartient de décider d'une éventuelle suppression de cotisation. Cependant, tous les ans, la MSA dispose d'une enveloppe de 30 millions d'euros pour la “prise en charge de cotisations” (le Fonds national d'action sanitaire et sociale, FNASS). Ce n'est pas une aide économique mais bien une aide sociale, attribuée dans les situations les plus problématiques. Nous verrons avec nos ministères de tutelle comment répartir cette enveloppe selon les situations difficiles. Mais il est clair qu'au vu de l'ampleur de la crise, le montant de cette enveloppe ne sera pas suffisant.

L'horticulture, durement touchée, va-t-elle bénéficier du FNASS ?

Je ne suis pas le seul à décider ! On aura une attention très particulière pour ce secteur habituellement peu demandeur. Nous verrons comment les choses vont évoluer en mai, juin et juillet.

Quelles difficultés ont été le plus recensées chez vos affiliés ?

FEB : Il y a d'abord des difficultés économiques bien sûr, qui ont été compensées car les retraites ont été payées, les pensions de réversion versées, et une aide sociale d'urgence sera bientôt versée aux foyers les plus modestes. Sur le plan purement social, ce qui remonte le plus est le sentiment d'isolement. Sur le terrain économique, nous avons par exemple été contactés par les syndicats de la filière horticole pour apporter une réponse d'ordre psychologique à leurs exploitants confrontés à une perte brutale de chiffre d'affaires.

Combien va coûter cette crise à la MSA ?

FEB : Le financement de la MSA, dans sa globalité, est intégré avec le régime général. Il y a bien sûr une augmentation des dépenses à cause de la crise. Pour les recettes, au global des entreprises en déclaration sociale nominative (DSN) nous sommes à plus de 70 % de taux d'encaissement de cotisations sur le mois d'avril.

La crise actuelle va-t-elle changer la donne lors des négociations de la prochaine Convention d'objectifs et de gestion (COG 2021-2026) qui se tiendra à l'automne ?

PC : En tout cas, nous aurons des arguments à faire valoir sur l'importance de la MSA qui sert aussi l'ensemble des territoires ruraux. Un exemple : quand des délégués cantonaux MSA ont décidé avec une association communale de fabriquer des masques et des blouses, ce n'était pas que pour nos ressortissants mais bien pour tous les habitants.

FEB : Les territoires ruraux représentent 80 % du territoire national. La MSA a montré qu'elle était au rendez-vous.

Propos recueillis par Laurene Mainguy Agrapresse

Voir plus

Le journal
29 mai 2020 - N° 22
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche