Publié le
Vendredi 11 octobre 2013

La maîtrise des charges, clé de la réussite en viande bovine

La maîtrise des charges est un élément clé de l'efficacité économique, à condition d'avoir un minimum de volume de production pour amortir les charges de structure. C'est ce que démontrent des observations réalisées auprès de 290 élevages de bovins viande par les réseaux d'élevage de la chambre régionale d'agriculture. Une bonne valorisation du produit permet de conforter cette efficacité.

Quelle que soit la taille du troupeau, les résultats des performances techniques montrent des améliorations possibles sur la productivité (kg/UGB) : la moitié des élevages sont à moins de 380 kg et un quart à moins de 350 kg. Ces kilos peuvent être gagnés sans beaucoup de dépenses, permettant ainsi de diminuer le coût de production. L’abaissement de l’âge au premier vêlage, le raccourcissement des périodes improductives, la diminution de la mortalité peuvent permettre des gains importants. L’amélioration de l’autonomie alimentaire doit permettre de réduire le coût alimentaire et d’être moins dépendant aux fluctuations de prix. Le parc matériel semble suivre en naisseurs engraisseurs la taille des troupeaux réduisant l’effet dilution par le volume. La gestion des investissements, les choix de système fourrager et d’équipement influencent le poids de cette charge qui demeure un mal nécessaire.

Des progrès sont possibles
Des coûts de production variables

Chez les naisseurs engraisseurs le coût varie de 201 € à 509€ par 100 € soit un écart de 1 à 2,3. Il existe une corrélation entre le produit et le coût de production. La productivité par UMO est forte chez les engraisseurs (139 T) et limitée chez les naisseurs engraisseurs (NE) à 42 T et les naisseurs (N) à 33 T. Dans chaque système, les écarts de productivité sont importants (33 à 109 vaches en NE)

SystèmeNaisseursNaisseurs engraisseursNaisseurs engraisseurs + achatEngraisseurs de taurillons

Nombre d’élevages791413139

Coût de production €/100Kg 408334261191

Produit376315257199

Rémunération en SMIC/UMO0,951,051,502,52

La démarche de calcul des coûts de production prend en compte l’ensemble des charges, y compris la rémunération des facteurs de production (foncier, capitaux propres, travail). Le coût de production est rapporté aux 100 kilos vifs produits sur l’année. La rémunération s’exprime en nombre de SMIC/UMO exploitant . Il varie entre système et entre élevages du même système (tableau 1)

Réduire le coût de production

Même si souvent plusieurs facteurs interviennent en même temps, le coût de production maîtrisé et faible intervient dans 70% des cas de bonne rémunération. Une bonne productivité par UMO qui doit permettre une dilution des charges de structure se situe à 34%, un bon produit à 29%. Mais une faible productivité peut être compensée par une rigueur des charges (12%) et un coût de production élevé par un fort produit dû aux aides et au prix de vente (7%).

Un travail statistique sur les 290 élevages a permis de définir un certain nombre de trajectoires efficaces (plus de 1,5 SMIC) .

L’importance du coût en naisseur engraisseur

Une analyse plus fine de l’échantillon le plus fourni (141 données) des naisseurs engraisseurs permet de confirmer le rôle du coût de production dans la rentabilité de l’atelier. Le tri sur la rémunération en trois tiers montre des écarts importants de rémunération (2,25 SMIC). Les tailles d’atelier et les volumes produit sont identiques (tableau 2)

1/3 Inférieur1/3 SupérieurEcart

Rémunération en SMIC/UMO-0,052,20-2,25 *

Effectif4747

Nombre de vêlages/UMO68653

Productivité en kg/UGB377391-14

Productivité en kg/UMO4373943783-44

Coût de production(€/100kgvv)36429569 *

Approvisionnements animaux 574017*

Approvisionnements des surfaces 28244

Frais d'élevage32275 *

Frais divers de gestion24195 *

Bâtiment28199*

Mécanisation856322*

Travail 62611

Foncier et capital 4943 6*

Produit total (€/100kgvv)304320-16

Produit hors aides209217-8

Aides8791-4

L’écart de rémunération vient en grande partie de l’écart du coût de production (69€) et un peu du produit (16€). Les écarts sur tous les postes de charges sont significatifs sauf celui des surfaces. La mécanisation et les concentrés pèsent le plus. La production à l’UGB est légèrement supérieur (+ 14kg) mais avec une grande variabilité.

Une productivité minimum

Les résultats de tous les élevages passés en formation depuis fin 2010 ne montrent aucune corrélation entre la rémunération et le volume de production. La faible rentabilité ne doit donc pas être systématiquement associée à une faible productivité de la main d’œuvre. Cependant, un volume de production minimum est sans doute nécessaire pour amortir certaines charges de structure (bâtiment, gestion, travail..) Ce niveau minimum n’est pas facile à cerner. Certains petits élevages au prix d’une grande rigueur peuvent obtenir un résultat économique satisfaisant. La séparation de l’échantillon des naisseurs engraisseurs en 3 classes confirme l’importance de produire un minimum, et qu’au-delà, l’augmentation des volumes produits en système allaitant ne se traduit pas mathématiquement par une meilleure rémunération.(tableau 3)

Nombre de vêlages par UMOmoins de 45de 45 à 65 plus de 65

Nombre d'élevages176063

Nombre de vêlages / UMO395581

Production en kg par UMO284903690050625

Rémunération SMIC/UMO0,881,151,02

Produit atelier € par 100 kg332318307

Coût de production372336324

Coût de production hors travail277268274

Charges de structure158156156

Les ateliers de moins de 45 vaches par UMO sont moins efficaces, leur coût de production est nettement supérieur à ceux des 2 autres groupes. Le coût du travail explique deux tiers de l’écart. A noter que le poste mécanisation est semblable dans les trois groupes ( 73 à 76 € par 100 kg). Les charges de structure semblent se comporter comme des charges proportionnelles. Le produit supplémentaire des petits ateliers ne compense pas l’écart de coût avec main d’oeuvre. Ces données nous montrent que produire moins de 30 000 kg par travailleur est pénalisant. Au-delà la taille n’est pas un facteur d’explication des écarts.








Voir plus

Le journal
23 octobre 2020 - N° 43
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche