Publié le
Vendredi 25 novembre 2016

La goutte d'antibio qui fait déborder le tank

A Entrammes, Jean-François Mahouin ne décolère pas. Cet éleveur a été pénalisé par sa laiterie, Bel, car des traces d'antibiotiques ont été trouvées dans le lait qu'il a livré. Bien sûr, c'est la règle en pareille circonstance. Le hic, c'est qu'une analyse parallèle prouve que le lait n'était pas contaminé.



"Le 25 juillet, la laiterie m'appelle pour m'annoncer que le lait qu'on vient de livrer était contaminé au Masti penijectyl, qu'on utilise contre les mammites. Elle voulait que le camion revienne jeter le lait dans notre fosse". Les éleveurs du Gaec de Plaisance étaient sûrs d'eux : une seule vache avait reçu ce traitement, pendant une traite sur les quatre, et ils se souviennent parfaitement avoir jeté le lait et rincé la griffe après utilisation.



En début d'année, pour une première contamination, ils avaient accepté les pénalités car n'avaient pas de preuve formelle à opposer. C'est différent cette fois-ci :

"Il se trouve que j'avais pris du lait dans le tank pour ma consommation personnelle une demi-heure avant le passage du laitier" poursuit Jean-François Mahouin.

"Je l'ai fait analyser par Analis. Mon lait n'avait rien, et même, ils ont trouvé 5 points de différence sur la matière grasse, par rapport à la laiterie !"



A partir de là s'est instauré un dialogue de sourds.

"La laiterie fait valoir que mon échantillon n'a aucune valeur juridique". L'éleveur aurait très bien pu prendre le lait d'une seule traite, ou d'une seule vache. Sa bonne foi ne fait pas preuve.

"Pour eux, l'erreur vient forcément de nous". Et à la fin, c'est la laiterie qui verse - ou plutôt ne verse pas - le paiement...



La facture va être lourde : pour 4700 litres jetés à 275 euros la tonne, le manque à gagner est de 1300 euros, auxquels s'ajoutent le prix majoré de pénalité soit 4700 x 357: 1680 euros + 500 euros de pénalité (pour une récidive), soit environ 3500 € au total.

"Dans la conjoncture actuelle, c'est énorme !" La même semaine, l'éleveur apprend que le groupe Bel va racheter Mom, et annonce 19,1% d'augmentation de ses bénéfices au premier semestre... De quoi l'écœurer un peu plus.


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche