Publié le
Vendredi 16 décembre 2016

La foule pour voir l’armada DeLaval

Lorsqu'ils étaient trois, Nicolas et ses parents passaient environ une heure à la traite, pour 520 000 l. Passés à quatre et 800 000 l, le temps de traite était de deux heures avec la 2x6 TPA. Ils ont donc investi dans une laiterie et un bâtiment neufs, équipé des technologies DeLaval. “On a tout étudié : salle de traite, roto, robot” témoigne Nicolas. Finalement, ils ont choisi deux robots VMS permettant de travailler avec un outil saturé. Le bâtiment logettes de 85 m x 20 m est neuf également.
Les éleveurs disposent désormais d'une armada technologique pour gérer finement leur troupeau. Le logiciel DelPro collecte les données recueillies par les robots (quantité de lait, fréquence de traite, cellules, etc.), des activité-mètre (colliers) qui détectent les chaleurs, la caméra BCS qui renseigne sur l'état d'engraissement [notre édition du 2 décembre]. “Ainsi, on visualise mieux le troupeau, on peut intervenir plus facilement.”


Alimentation fine



Les robots fonctionnent depuis juillet et déjà, les éleveurs apprécient des conditions de travail “allégées”. “C'est plus facile de se remplacer pour les week-ends et
les vacances.”


La robotisation des tâches concerne aussi le fourrage : le repousse-fourrage Joz “est vraiment utile. On ne distribue qu'une fois par jour”. Par ailleurs, “les vaches ont tout le temps de l'ensilage frais”. Les éleveurs distribuent les minéraux liquides, injectés dans l'eau (Co-Prolis). “On a constaté que l'apport est plus régulier. Les vaches en début de lactation boivent plus. De même, les vaches malades mangent moins, mais boivent. Ce procédé est efficace pour la fertilité, les vaches vont plus vite en chaleur.”


Les résultats sont au rendez-vous avec une moyenne d'étable à 10 000 kg, 42,5 de TB et 33 de TP.


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche